Economie

Investissements : coup d’accélérateur dans le secteur privé

Dans sa quête d’internationalisation, le Maroc a attiré l’attention d’entreprises étrangères, séduites par le potentiel du marché et les incitations gouvernementales. Cette attractivité s’explique également par des initiatives novatrices visant à promouvoir le label «Made in Morocco» sur la scène mondiale. En dehors des entreprises internationales qui s’y installent, les institutions financières internationales manifestent aussi un intérêt prononcé pour le secteur privé marocain.

Forte mobilisation
En 2023, le ministère des Finances a signé un protocole d’accord avec la Société islamique internationale de financement du commerce (ITFC) pour soutenir les exportations marocaines, et par voie de conséquence la promotion du Made in Morocco, en mobilisant un volume de financements de 200 millions de dollars.

Du côté de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) avait réitéré son engagement auprès du Maroc pour les cinq prochaines années notamment pour assister les entreprises et les PME marocaines dans leur intégration aux chaînes de valeur mondiales et dans le développement des marchés financiers.

Dans ce sens, la BED a investi 1,6 milliard d’euros au cours de la période stratégique précédente pour stimuler le potentiel entrepreneurial du Maroc. Même son de cloche au niveau de la Société financière internationale (IFC – Groupe Banque mondiale) qui prévoit de réaliser cinq investissements en capital dans des entreprises marocaines, en 2024.

L’objectif est de soutenir l’expansion locale et régionale du secteur privé marocain, dans l’objectif de contribuer à la dynamique de croissance économique du pays. Avec ces développements, le Maroc se positionne comme une destination de choix pour les investisseurs internationaux. Ces investissements sont estimés à environ 1 milliard de dollars.

Initiatives encourageantes
En interne les marques marocaines ont également montré un dynamisme pour promouvoir le Made in Morocco. Citons l’exemple de la Compagnie Chérifienne de Chocolaterie-Aiguebelle qui a récemment investi plus de 75 MDH dans une nouvelle ligne dotée d’une capacité de production supplémentaire de 20 tonnes par jour, dans la perspective d’hisser le Made in Morocco.

Le renforcement du sourcing local n’est pas en reste. Des initiatives encourageantes ont été entreprises pour mettre en avant les fabricants locaux. C’est d’ailleurs le cas de la convention entre les acteurs de la grande distribution et le ministère du Commerce et de l’industrie dans le cadre du processus de substitution aux importations, pour développer le sourcing auprès des industriels locaux du textile et de l’agroalimentaire.

Ainsi, à l’horizon 2025, certains opérateurs se sont engagé à augmenter la part de leurs produits de Marque Distributeurs «Made in Morocco» pour atteindre 80% pour les produits agroalimentaires et 90% des produits de textile.

Maryem Ouazzani / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Arrestation de Mohamed Boudrika en Allemagne : ce que l’on sait













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page