Economie

Le Groupe Renault table sur une bonne année en 2023

Le Groupe Renault ambitionne de redresser la barre de ses activités pour l’année en cours. Après avoir affiché des résultats au-delà de ses attentes en 2022, le constructeur automobile compte poursuivre la tendance.

D’après Luca de Meo, CEO de Renault Group, la compagnie a réussi à acheminer la phase « Résurrection » avec trois ans d’avance. Cela s’est fait dans un contexte serré, marqué par la cession des activités du Groupe en Russie, la crise des semi-conducteurs et l’inflation des coûts.

De Meo se montre confiant, indiquant que : « nous atteignons notre objectif de réduction de 25 % de l’empreinte carbone dans le monde depuis 2010.Je tiens à remercier les équipes pour ces bons résultats. Nous avons confiance en l’avenir du Groupe. La participation exceptionnelle des salariés au plan d’actionnariat en est une illustration qui me rend particulièrement fier ».

Le Groupe avait accusé une perte nette de 338 millions d’euros en 2022, contre un bénéfice de 888 pour la même période une année auparavant. Situation qui résulte de la « dépréciation des immobilisations corporelles, incorporelles et goodwill d’Avtovaz et de Renault Russia, ainsi que d’actifs spécifiques détenus par les autres entités du groupe, et au résultat de cession sur les entités russes cédées », d’après la compagnie.

La marge opérationnelle de Renault s’est établie à 2,6 milliards d’euros l’an passé, contre un montant de 1,15 milliard d’euros atteint en 2021 (soit une progression de 2,8 points). Le chiffre d’affaires du dernier exercice est ressorti en amélioration de 11,4% sur un an, à 46,4 milliards d’euros en 2022.

La marge opérationnelle de l’automobile est à 1,4 milliard d’euros (3,3 % du chiffre d’affaires) : en amélioration de 1,4 milliard d’euros par rapport à 2021 (+ 3,3 points). Elle s’élève à 4,2 % au second semestre 2022 (+ 3,5 points par rapport au second semestre 2021).

Les nouveaux modèles ont la cote

Poursuivant son engagement pour des véhicules plus éco-friendly avec la gamme « E-Tech » et assurant un rapport qualité-prix remarquable, le portefeuille de commandes a affiché une progression de 67% en France, Espagne, Allemagne, Italie et au Royaume-Uni (+9 points par rapport à 2021).

Dans les détails, la Renault Arkana enregistre 86.000 ventes dans plus de 50 pays en 2022. En Europe, 65 % des ventes sont en version E-Tech. Lancée à la fin du deuxième trimestre 2022, la Renault Megane E-Tech Electric affiche sur l’année plus de 33.000 ventes. C’est le véhicule électrique le plus vendu en France au second semestre 2022. Pour ce qui est de la Renault Megane E-Tech Electric, celle-ci enregistre plus de 49.000 commandes depuis son lancement.

Côté Dacia, le modèle Sandero demeure le véhicule le plus vendu auprès des particuliers en Europe depuis 2017, avec 229.500 ventes. Lancée mi-2021 (fraichement disponible sur le marché marocain), la Dacia Spring 100 % électrique affiche de bons résultats. Les ventes ont progressé de 75 % par rapport à 2021, avec 48.900 unités écoulées. La Dacia Spring est numéro 3 des ventes de véhicules électriques à particuliers en Europe. Avec près de 57.000 ventes, le Dacia Jogger est numéro 2 des ventes de véhicules du segment C (hors SUV) à particuliers en Europe. Enfin, Alpine affiche un niveau record en termes de ventes (progression de 33 % par rapport à 2021).

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha 2024: le prix de l’abattage à Casablanca













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page