En ContinuMonde

Affaire Khashoggi: Donald Trump ignore les conclusions de la CIA

L’élimination sordide de Jamal Khashoggi, journaliste saoudien, critique du régime wahhabite, cause bien plus de dommages politiques que tous les articles qu’il aurait écrit à l’encontre des Ben Salman et de l’Arabie saoudite.

Les conséquences négatives de l’affaire Khashoggi sont indéniables, aussi bien sur la scène internationale qu’à l’intérieur même du royaume wahhabite où des dissensions sont apparues au sein même de la famille royale.

Princes et cousins royaux, appartenant à la famille Al Saoud songent à la possibilité d’une autre intronisation, à la mort du roi Salman Ben Abdelaziz Al Saoud que celle désignée du prince héritier Mohamed Ben Salman, 33 ans.

Sur le plan international, l’affaire, bien qu’elle contrarie à plus d’un titre l’occident, est de plus en plus mise en veilleuse. Aux Etats-Unis par contre, son ampleur médiatique suscite des polémiques d’une rare intensité surtout quand Donald Trump est à la baguette et qu’il souffle le chaud et le froid.

Dans un long communiqué publié mardi 20 novembre et au regard des intérêts qu’il voues aux relations ‘’inébranlables’’ entre son pays et l’Arabie Saoudite, Donald Trump joue la carte du ‘’bénéfice du doute’’ ignorant par-là les sévères conclusions accusatrices de ses ‘’agences’’ qui impliquent MBS dans le meurtre de Jamal Khashoggi.

‘’Le Monde ‘’ cite quelques extraits où le président américain fait perdre le caractère absolu à l’accusation : « dans l’intérêt des Etats-Unis, d’Israël et d’autres partenaires dans la région, nos agences de renseignement continuent de vérifier toutes les informations, mais il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet événement tragique – peut-être et peut-être pas ».  « Cela étant dit, il se peut que l’on ne sache jamais toutes les circonstances de ce meurtre », « la CIA n’a rien trouvé d’absolument certain ».

Mais si Donald Trump relativise, c’est que les intérêts américains passent bien avant tout. Le partenariat économique avec l’Arabie saoudite est certes l’élément essentiel,  mais pas que. Le côté sécuritaire joue aussi un rôle primordial et il n’a de nom que l’Iran, l’ennemi désigné, qualifié de « plus grand soutien du terrorisme ». Or, l’Arabie saoudite est un allié important qui défend mieux que quiconque les intérêts des Etats-Unis et d’Israël dans la région.

M.J.K

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Les gardiens de voitures sèment l’anarchie à Marrakech













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page