Economie

Dynamiques économiques et culturelles : les leçons de Sand to Green pour une intégration réussie des oasis

Découvrez les enseignements tirés par Wissal Ben Moussa, co-fondatrice et Chief Agricultural Officer de Sand to Green,  en matière d’intégration des oasis dans les dynamiques économiques et culturelles pour la régénération des communautés modernes. Ces leçons mettent en évidence l’importance de préserver les savoirs traditionnels, de promouvoir la coopération communautaire et d’adopter des pratiques durables pour faire face aux défis écologiques actuels.

Quelles leçons tirez-vous de l’intégration des oasis dans les dynamiques économiques et culturelles pour la régénération des communautés modernes ?
L’intégration des oasis dans des dynamiques économiques et culturelles révèle des leçons essentielles pour la revitalisation et la régénération des communautés modernes, en mettant l’accent sur la durabilité, la résilience et l’inclusion sociale.

Premièrement, la valorisation des savoirs traditionnels dans la gestion des ressources naturelles, comme l’eau et le sol, souligne l’importance de préserver et d’intégrer ces connaissances ancestrales dans les stratégies de développement durable contemporaines. Ces pratiques, façonnées par des siècles d’adaptation, offrent des solutions viables face aux défis écologiques actuels.

Deuxièmement, l’expérience des systèmes de gestion collective de l’eau dans les oasis enseigne la valeur de la coopération et de la gouvernance partagée pour une utilisation équitable et durable des ressources, suggérant que des modèles de gouvernance participative peuvent améliorer la gestion des ressources locales.

Troisièmement, les oasis incarnent la résilience face à des conditions climatiques extrêmes, offrant des leçons sur l’adaptation au changement climatique. Leur capacité à prospérer dans des environnements arides inspire des stratégies d’adaptation qui valorisent la flexibilité et l’innovation.

Quatrièmement, elles montrent comment le développement économique durable peut s’enraciner dans la valorisation des ressources naturelles et culturelles, en soutenant la conservation, tout en favorisant la croissance économique. Cela encourage l’adoption de pratiques telles que l’éco-tourisme, l’agriculture durable et les industries artisanales qui renforcent l’économie locale tout en préservant le patrimoine culturel.

Cinquièmement, les défis liés à la distribution équitable de l’eau et à l’accès aux terres dans les oasis mettent en lumière l’importance de l’inclusion et de l’équité sociale dans la gestion des ressources. La mise en œuvre de politiques assurant un accès équitable pour tous, particulièrement aux plus vulnérables, est cruciale.

Enfin, la biodiversité unique des oasis souligne l’importance de la conservation des écosystèmes diversifiés pour la résilience écologique et économique. Intégrer la conservation de la biodiversité dans le développement est essentiel pour maintenir l’équilibre naturel et renforcer les liens communautaires. Ensemble, ces leçons offrent un cadre pour la régénération des communautés modernes qui respecte les équilibres naturels et favorise une société plus inclusive et résiliente.

Comment envisagez-vous la possibilité de reproduire cette initiative dans d’autres régions du monde, et quels seraient les principaux facteurs à prendre en compte ?
Pour dupliquer l’initiative pionnière de régénération des oasis de Sand to Green dans d’autres régions du globe, il est primordial de s’atteler à cinq piliers fondamentaux : l’adaptation aux conditions locales, l’engagement communautaire, la durabilité environnementale, la viabilité économique, et la résilience face au changement climatique.

Cette démarche assure une intégration harmonieuse du projet dans le tissu local, tout en respectant la singularité écologique et culturelle de chaque région. L’adaptation aux spécificités locales nécessite une compréhension approfondie des écosystèmes, des pratiques agricoles traditionnelles, et des défis spécifiques à chaque région. Cela implique des études préalables rigoureuses et une planification minutieuse pour garantir que les techniques de régénération soient en parfaite adéquation avec l’environnement cible.

Qu’en est-il de l’implication des communautés ?
L’implication des communautés locales est également cruciale. Le succès à long terme de ces projets repose sur leur acceptation et leur participation active. Cela implique non seulement de travailler en étroite collaboration avec les agriculteurs locaux et les décideurs, mais aussi de s’assurer que les projets offrent des avantages tangibles à la communauté, tels que la création d’emplois, l’amélioration de la sécurité alimentaire et l’accès à une eau de qualité.

La durabilité environnementale est au cœur de l’initiative, avec un accent particulier sur la conservation de l’eau, la restauration des sols et la biodiversité. Les pratiques agricoles doivent non seulement être adaptées pour minimiser leur impact sur l’environnement, mais elles doivent également contribuer activement à la régénération des écosystèmes dégradés.

Et quid de la viabilité économique ?
La viabilité économique est essentielle pour assurer l’autonomie et la pérennité des projets. Cela nécessite de développer des modèles d’affaires solides qui génèrent des revenus suffisants pour couvrir les coûts opérationnels et offrir un retour sur investissement attractif aux parties prenantes. La diversification des sources de revenus, y compris la vente de produits agricoles, les services écosystémiques, et éventuellement les crédits carbones, joue un rôle clé dans ce domaine.

Enfin, la résilience au changement climatique est une considération majeure. Les projets doivent être conçus pour résister aux conditions climatiques extrêmes et aux changements environnementaux à long terme. Cela implique l’utilisation de variétés de plantes résistantes à la sécheresse, la mise en œuvre de techniques d’irrigation efficaces et la planification pour la gestion des risques climatiques. En somme, la reproduction de l’initiative de Sand to Green dans d’autres régions nécessite une approche holistique qui tient compte des réalités écologiques, économiques, et sociales locales. En adoptant une stratégie soigneusement élaborée, basée sur ces cinq piliers, il est possible de répliquer le succès de Sand to Green à travers le monde, offrant ainsi une solution durable à la désertification et contribuant à la lutte contre le changement climatique.

Bilal Cherraji / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page