Economie

Comment la gouvernance de l’eau et des parcelles transforme la vie de la communauté locale

Diane Binder
Co-fondatrice de 700’000 heures Impact et présidente de Regenopolis

Découvrez comment le projet de Tiskmoudine (dans la province de Tata) aborde la gouvernance de l’eau et des parcelles pour soutenir l’agriculture dans l’oasis. En réunissant les terres agricoles au sein d’une coopérative de propriétaires et en impliquant activement la communauté locale dans les décisions et la mise en œuvre, le projet vise à stimuler le développement économique, à renforcer l’autonomie des femmes, à préserver le patrimoine culturel et à restaurer les écosystèmes naturels. Zoom sur la méthodologie de co-construction de 700’000 heures Impact pour impliquer la communauté locale.

Comment la gouvernance de l’eau et des parcelles est-elle abordée dans ce projet et quel impact cela pourrait-il avoir sur la communauté locale ?
Dans le cadre du projet de Tiskmoudine, la question de la gouvernance de l’eau revêt une importance capitale, car elle conditionne la capacité des agriculteurs de la région à cultiver leurs terres. L’eau est le pilier essentiel qui permet de soutenir l’agriculture dans l’oasis, et son accès et sa distribution sont régis par un système ancestral de tours d’eau. Ce système est profondément enraciné dans la structure sociale et la propriété foncière de l’oasis, le résultat de plusieurs décennies d’histoires et de tractations entre les différentes familles de propriétaires. Et il nous est apparu essentiel de comprendre et tenir compte de cet état de fait pour la mise en œuvre des projets.

Quid des parcelles ?
Quant à la gouvernance des parcelles, elle est abordée en tenant compte de la diversité de la structure foncière au sein de l’oasis. En effet, même si les parcelles sont parfois très petites (moins d’un hectare), nous essayons de montrer qu’une gestion efficace des terres peut encourager la communauté entière à augmenter la productivité agricole. Les terres agricoles vont être réunies dans le cadre d’une coopérative de propriétaires, qui permettra une gestion concertée et optimisée des terres.

Par contre, le travail des terres sera confié à une coopérative de services de l’oasis (irrigation des sols, nettoyage des palmiers), qui aura aussi la responsabilité de mettre en œuvre les projets de transformation des produits agricoles de l’oasis. Ainsi, la valeur créée ne bénéficie pas qu’aux seuls propriétaires terriens, mais à la communauté villageoise.

Quelles sont les mesures mises en place pour impliquer activement la communauté locale dans les décisions et la mise en œuvre du projet ?
700’000 heures Impact, dans le cadre de son approche de la régénération de la communauté et des écosystèmes, a développé une méthodologie de co-construction avec les communautés locales pour s’assurer de la pleine adhésion et participation des communautés au projet.

Cette démarche est essentielle pour que les projets, pensés et mis en œuvre pour accompagner la communauté vers l’autonomie, puissent perdurer dans le temps. Nous ne sommes qu’un catalyseur des projets de régénération, qui doivent exister par-delà notre contribution directe (opérationnelle ou financière) au projet. La régénération, nous la pensons d’ailleurs autour de quatre piliers : le développement économique, l’autonomisation des femmes, la préservation du patrimoine culturel et la restauration des écosystèmes naturels. Nous avons notamment favorisé, au côté de l’association du village, l’émergence et le développement d’une coopérative de tissage, d’une coopérative de menuiserie, d’une coopérative de services (qui inclut l’hospitalité et les activités socio-éducatives pour les enfants notamment). Nous avons également accompagné la création de 3 coopératives pour redonner vie à l’oasis : l’une de propriétaires terriens, une autre de services à l’oasis (irrigation, nettoyage, etc.) et la dernière de transformation des produits agricoles de l’oasis.

Dans la majeure partie de ces projets, les femmes sont au cœur des processus de création et de décision, et leur énergie est extraordinaire ! On voit bien que le rôle des femmes est crucial dans la régénération économique et environnementale de l’oasis.

Bilal Cherraji / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page