Politique

Saad Eddine El Othmani et la guerre des clans du PJD au Parlement

Quiconque avait suivi les débats autour de la déclaration gouvernementale et notamment les interventions des présidents des groupes du PJD dans les deux chambres du parlement, aurait dit qu’il était face aux représentants de l’opposition. En effet, le ton était virulent et les critiques acerbes.

Et si Driss El Azami a été moins violent tout en précisant et réitérant la position de principe de son parti pour un appui conditionnel, pour sa part, Nabil Chikhi de la Chambre des conseillers a sorti l’artillerie lourde et bombardé sans répit Saad Eddine El Othmani.

D’emblée, il a accusé le chef de gouvernement d’avoir humilié le parti de la Justice et du développement en faisant des concessions inacceptables et cédé face à Attahakkoum (l’hégémonie du Makhzen) allant jusqu’à faire siéger au gouvernement une pléthore de technocrates travestis en militants de partis. Nabil Chikhi a mis en garde le Chef de gouvernement contre tout écart par rapport à la politique menée par son prédécesseur Abdelilah Benkirane. Sans quoi, il a promis de rendre la vie dure à ce gouvernement hybride selon lui.

Mais, tous les observateurs ont décelé dans ces interventions musclées la touche de l’ex-chef de gouvernement qui a donné son feu vert, en tant que secrétaire général, à l’adoption de ce ton dans une démarche claire de lier les mains de Saad Eddine El Othmani.

Ainsi, ce qui n’était qu’un débat et des frictions internes est désormais étalé sur la place publique et renseigne sur la guerre des clans à laquelle s’adonnent les dirigeants du parti islamiste.

T.J.

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Officiel : la Coupe d’Afrique au Maroc à partir du 21 décembre 2025













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page