Maroc

Les internautes choqués par les images d’un accident de triporteur

On ne peut qu’être choqué par cette vidéo, circulant sur la Toile, montrant une dizaine de jeunes blessés, couchés par terre suite au renversement d’un triporteur qui les transportait vers la plage à Tanger.

Ce moyen de transport « clandestin »est devenu habituel dans nos villes. Et cette pratique est étonnamment tolérée, même si elle comporte de graves risques, aussi bien pour ceux qui sont entassés dans le triporteur que pour les autres usagers de la route.

Ce moyen de déplacement est devenu par la force des choses « régulier », même s’il ne répond à aucune norme de sécurité. On ferme les yeux pour des considérations qui restent pour le moment inconnues, malgré les dangers qu’il fait peser sur la vie  des citoyens. ll n’y a qu’à constater, le jour des matchs de football, comment ces triporteurs se substituent aux taxis et aux bus, sillonnent les rues avec des cargaisons humaines dépassant de loin leur capacité de charge et à des vitesses folles.

Corps éparpillés de part et d’autre de la rue ou s’est renversé le triporteur. Jeunes inertes, assommés par la force du choc. Enfants pouvant à peine répondre aux sollicitations du fait de leurs blessures. Cris de désolation. Lamentations de tristesse des passants accourus pour les premiers secours. Voici quelques séquences  de cette vidéo choc qui devra pousser à réfléchir sur les moyens de stopper ce phénomène qui va crescendo. Insuffisances des moyens de transports publics et faiblesse du pouvoir d’achat expliquent cet engouement, mais il est aussi et surtout question de l’inconscience des gens qui recourent à ce moyen de déplacement.

Aux dernières nouvelles, des mesures auraient été prises par les autorités de la ville pour empêcher plusieurs de ces véhicules de circuler. Mais rien d’officiel pour le moment.

S.L.

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Les gardiens de voitures sèment l’anarchie à Marrakech













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page