Maroc

10 milliards de centimes détournés: des banquiers devant la justice

La Cour de cassation de Nador examinera, la semaine prochaine, une très grosse affaire de détournements de fonds. Au banc des accusés: trois personnes en état d’arrestation et trois autres en liberté provisoire.

Elles sont soupçonnées d’avoir détourné les dépôts de clients d’une agence bancaire pour un montant estimé à plus de dix milliards de centimes.

Selon Assabah de mardi, la défense de l’institution bancaire présentera au tribunal de nouvelles données à même d’accroître les sommes volées, sans oublier bien entendu les doléances de la partie civile en raison des détournements financiers subis.

Quant aux accusés qui comparaîtront en état d’arrestation, il s’agit du directeur de l’agence bancaire, de son adjoint et d’un employé chargé de la caisse. Les poursuivis en  liberté provisoire sont un agent de sécurité privée qui travaillait à l’agence ainsi que deux autres personnes.

Le scandale a éclaté le jour où des clients n’ont pas pu avoir accès aux relevés bancaires de leurs propres comptes. Cette situation les a amenés à porter plainte. Une commission d’inspection centrale a été dépêchée sur place par la banque, d’autant plus que les clients, en majorité des Marocains travaillant et résidant en Europe, affirment avoir été dépossédés de leurs économies. Selon les cas, les montants volés varient entre 150 et 400 millions de centimes.

Au départ, la commission d’inspection a fixé le montant global détourné à 8 milliards de centimes, avant que l’administration centrale de la banque, par l’intermédiaire de son représentant juridique, ne dépose plainte auprès du procureur général du roi près la Cour de cassation de Nador.

L’affaire a été confiée pour enquête à la brigade nationale de la gendarmerie royale. Elle a révélé le mode opératoire de cette bande d’escrocs : le caissier remettait des reçus fictifs aux clients et les montants n’étaient jamais versés sur leurs comptes. Au cours de l’enquête, le directeur de l’agence et son adjoint se sont accusés mutuellement. Le gardien est poursuivi en état de liberté provisoire parce qu’au courant de la situation, il n’a pas jugé utile de la dénoncer.

Selon Assabah, plus de 10 milliards de centimes se sont volatilisés. Devant le juge, les six accusés se sont rejetés la responsabilité les uns sur les autres. Le juge a clos le dossier et ordonné la saisie des biens des épouses et des proches des deux principaux accusés. Cette saisie concerne notamment des fermes agricoles et des biens immobiliers.

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page