Maroc
A la Une

La France veut progresser sur le dossier du Sahara

Le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, a réitéré lundi le soutien « clair et constant » de Paris au plan d’autonomie marocain du Sahara, assurant vouloir progresser sur ce dossier, lors d’un déplacement à Rabat.

« C’est un enjeu existentiel pour le Maroc. Nous le savons (…). Il est désormais temps d’avancer. J’y veillerai personnellement », a déclaré Séjourné lors d’une conférence de presse au côté de son homologue, Nasser Bourita, annonçant également vouloir construire un partenariat pour les 30 ans à venir avec le Maroc.

Le Maroc et la France ont toute la légitimité et sont investis d’une responsabilité commune pour être au-devant de la réflexion sur le renouveau de l’Union pour la Méditerranée (UpM), a affirmé, lundi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

« Le Maroc et la France doivent travailler ensemble pour faire renaître l’UpM qui se trouve aujourd’hui dans une situation de léthargie », a souligné M. Bourita lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, à l’issue de leurs entretiens.

Rappelant que le Maroc et la France ont joué un rôle clé dans le lancement de cette institution, M. Bourita a noté que le Royaume a incarné l’UpM à travers deux secrétaires généraux successifs et qu’il est aujourd’hui « le seul pays du Sud qui contribue financièrement au budget de l’Union sans oublier que c’est le pays qui a présenté le plus de projets pour être labellisés UpM ».

Après avoir énuméré la multitude de crises, de conflits ouverts ou latents que connaît la région, le ministre a pointé cette « géopolitique de la peur et du rejet qui prime, avec parfois des raccourcis dangereux et qui a commencé par les pressions migratoires », au sein de la Méditerranée et qui impacte le fonctionnement de l’UpM.

Le ministre a donné l’exemple des produits agricoles venus du Sud qui font l’objet d’attaques multiples, alors que l’UE en tire un excédent important au détriment du Maroc. Le même constat est valable pour ce qui est du libre-échange à la faveur duquel l’UE réalise un excédent de 10 milliards d’euros.

Il a dans ce même contexte pointé « la stratégie hésitante » de l’Union européenne (UE) vis-à-vis de son voisinage, estimant que cette posture est de nature à entraver toute relance du processus euroméditerranéen.

M. Bourita a enfin plaidé en faveur d’une appropriation par les pays membres de l’UpM de leur destin, loin de la mainmise notamment financière de la Commission européenne, appelant les pays du Sud à assumer leur responsabilité pour la relance de cette institution.

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page