Maroc

Tanger: un Caïd met un pharmacien à la rue

Tarek Bougnine, pharmacien à Tanger depuis plus de 15 ans, a été victime d’un abus de pouvoir de la part du Caïd de la région. En l’espace d’une semaine, il a perdu sa pharmacie sans aucune explication. Voici sa version des faits.

Dans le cadre des travaux d’élargissement du boulevard Al Qods, le Caïd, ainsi que des promoteurs ont décidé de raser tous les bâtiments se trouvant dans la zone prévue pour le projet. Manque de bol pour Tarek Bougnine, le local du pharmacien d’officine était situé sur la ligne du projet de construction.

Cette tragédie a commencé avec la demande « orale » des autorités de Tanger au pharmacien de céder un ou deux mètres de sa pharmacie afin d’élargir le boulevard.  Tarek Bougnine a accepté et a proposé de s’occuper lui-même des travaux.

Croyant que l’affaire était close, le pharmacien a été surpris le 8 avril dernier, jour fixé pour le début des travaux, par l’arrivée d’un énorme trax destiné à la démolition de sa pharmacie. Ce jour là, M.Bougnine était avec la présidente du syndicat de la fédération des pharmaciens de Tanger, Dina Olkadi et par le vice président de la même institution, Naoufal Bouhbouh.

D’après les déclarations du pharmacien qui s’est confié au Site info, à chaque fois qu’il tentait de limiter les dégâts, le Caïd s’acharnait sur lui et en lui enlevant la prise de courant de sa meuleuse (machine de tronçonnage) afin de l’empêcher de faire lui-même le travail. Même Dina Olkadi a essayé de convaincre le Caïd de laisser tomber l’idée de l’utilisation du trax, mais cette dernière n’a reçu que des insultes en guise de réponse.

C’est à ce moment là que le Caïd a ordonné la démolition partielle de la pharmacie, et que ses hommes ont utilisé le trax qui a réussi à déstabiliser une bonne partie de la structure du bâtiment. Se contentant de ce qui lui restait de sa pharmacie, Tarek Bougnine a commencé tout de suite après à consolider la structure restante et à se préparer à retrouver une vie normale avec quelques mètres carrés en moins.

Mais quelle a été sa surprise, lorsque le Caïd et ses hommes sont revenus moins de cinq jours après sans aucune raison apparente pour détruire toute la pharmacie. Ces derniers ne détenaient en leur possession aucune demande officielle. Les bonnes manières du Caïd n’étaient toujours pas au rendez vous, et il a profité de sa situation pour démolir toute la pharmacie qui était le gagne pain de quatre familles (la sienne et celle de ses employés).

Contacté par le Site info, le Caïd nous a déclaré: « il est impossible de détruire une pharmacie sans l’autorisation de la Wilaya. Vous pensez sérieusement que j’ai décidé de tout détruire sans les autorisations nécessaires? ». Questionné sur les autres points, il n’a pas souhaité donner plus de commentaires, tout en affirmant qu’il n’était pas coupable dans cette affaire.

Tarek Bougnine, qui affirme ne pas avoir reçu d’indemnités, confesse qu’actuellement, il vit une situation délicate vis-à-vis des banques, de ses fournisseurs, ainsi que de ses employés (qu’il ne peut plus payer). La victime accumule les soutiens et a décidé de dénoncer cette injustice en expliquant le manque de civisme du Caïd ainsi que de la procédure illégale qui lui a supprimé sa pharmacie à tout jamais.

Lire aussi: Plaintes contre des Caïds à Casa: le ministère ouvre une enquête

 

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Les gardiens de voitures sèment l’anarchie à Marrakech













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page