Economie

Innovation textile : l’écoresponsabilité en tête du podium

Le secteur textile local embrasse avec ferveur les enjeux de développement durable et de digitalisation. L’industrie marocaine, reconnue pour son dynamisme et son côté innovant, se tourne vers des textiles intelligents et des pratiques écoresponsables pour conquérir de nouveaux marchés. Aujourd’hui, des entreprises redéfinissent les standards de la production textile basés sur l’écoconception et la circularité.

Le développement durable, la digitalisation, ou encore les textiles intelligents sont autant d’enjeux d’innovation sur lesquels l’industrie locale du textile mise pour conquérir de nouveaux marchés, même à l’intérieur de nos frontières. En effet, ces dernières années, le Maroc a assisté à l’essor d’une industrie de la mode portée par des designers locaux de plus en plus reconnus pour leur travail innovant. Les marques marocaines sont de plus en plus populaires sur les marchés internationaux, offrant des opportunités pour les entreprises locales de se développer dans les domaines de la conception, de la fabrication et de la vente de produits de haute qualité.

Un renouveau s’impose
Ainsi, en matière d’innovation, l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH) adopte ce renouveau sur les chapeaux de roue. Récemment, un mémorandum d’entente a été signé avec les opérateurs du Portugal et de Suisse avec l’objectif de produire des produits innovants à forte valeur ajoutée et à faible empreinte carbone. À en croire l’AMITH, ces partenaires sont prêts, à terme, à investir dans l’amont pour compléter la chaîne de valeur.

Par ailleurs, les innovations se poursuivent au niveau du Centre technique du textile (CTTH). Un engouement est également observé auprès de certaines industries qui ont fait de l’innovation un pilier de développement. C’est le cas de Vita Couture, qui, depuis déjà quelques années, a investi dans des outils hautement technologiques.

«Sur un marché fortement concurrentiel, un travail est mené au sein de notre structure pour être une force de proposition pour comprendre les besoins de nos clients. Nous avons été les premiers sur le marché à utiliser des outils 3D et à introduire l’intelligence artificielle dans la supply chain et la confection sur le marché. Et, plus récemment, nous avons investi dans une unité d’impression sur tissu», relate Mohamed Benajiba, administrateur de Vita Couture.

Même son de cloche du côté de Softgroup, qui priorise l’automatisation du processus. Mais pas seulement, pour surfer sur cette vague d’innovation, l’entité mise sur des formations axées sur l’humain, chose qui peut stimuler la création de nouveaux produits. En parlant de produits, Ismaïl Kabbaj, directeur général et administrateur de Softgroup, l’un des leaders nationaux du secteur, indique que de nombreuses matières premières ont fait peau neuve.

«L’ensemble des produits standards actuels ont des alternatives en recyclé. Cela va de la matière première jusqu’au produit fini. Nos institutions publiques accompagnent et présentent des groupes étrangers spécialisés dans ce type de transformation. Ils mettent en avant les avantages stratégiques de notre pays», précise-t-il.

La tendance est à la circularité
Verdir la production demeure aussi une des préoccupations majeures. Bon nombre d’entreprises intègrent l’approche du développement durable. Pour Softgroup, cette transition lui a permis de gagner en productivité et en ressources. L’investissement dans des machines plus respectueuses de l’environnement, adossé à une nouvelle installation de station de recyclage et de traitement d’eau, a ainsi contribué à faire baisser de plus de 70% la consommation d’eau.

Toujours dans cette perspective de décarbonation, l’industriel a initié la troisième phase d’extension de la station de panneaux photovoltaïques pour atteindre une surface de plus de 15.000 m², Vita Couture s’inscrit dans la même démarche de circularité, même au niveau du design des produits et prôner l’écoconcept. Il faut dire que les tendances mode s’inspirent également de cette notion d’écoresponsabilité.

Selon les industriels, les matières premières et processus de transformation nécessitent de plus en plus d’être respectueux de l’environnement. Les plus grands acteurs mondiaux et distributeurs mondiaux exigent progressivement de leurs fournisseurs des plans de décarbonation en plus de respect des normes sociales. La mode, quant à elle, selon Ismaïl Kabbaj, continue de fonctionner de manière cyclique à travers les différents évènements avec le choix d’une «pallettisation» des modèles et des couleurs, ces derniers se devant de continuer sur la vague du recyclable ou du «bottle du textile» ou «textile to textile» à travers des circuits bien tracés.

Pour sa part, Vita Couture dévoile que les tissus rustiques à base de lin sont fortement appréciés. L’industriel précise qu’actuellement la demande est orientée vers des matières premières qualitatives.

Mohamed Benajiba
Administrateur de Vita Couture

«Sur un marché fortement concurrentiel, un travail est mené au sein de notre structure pour être une force de proposition afin de comprendre les besoins de nos clients. Nous avons été les premiers sur le marché à utiliser des outils 3D et à introduire l’intelligence artificielle dans la supply chain et la confection sur le marché. Et plus  récemment nous avons investi dans une unité d’impression sur tissu.»

Ismaïl Kabbaj

DG Softgroup

«L’ensemble des produits standards actuels ont des alternatives en recyclé. Cela va de la matière première jusqu’au produit fini. Nos institutions publiques  accompagnent et présentent des groupes étrangers spécialisés dans ce type de transformation. Ils mettent en avant les avantages stratégiques de notre pays.»

Maryem Ouazzani / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha 2024: le prix de l’abattage à Casablanca













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page