En ContinuMaroc

Casablanca: la décharge de Mediouna ne fermera pas de sitôt

La décharge de Médiouna, qui tue les Casablancais à petit feu, a encore de beaux jours devant elle. Malgré les voix qui se sont élevées du côté des militants environnementaux pour fermer définitivement cette décharge publique, le Conseil de la ville a décidé de reporter l’ouverture des plis relatifs à l’appel d’offres lancé pour la mise en place de la nouvelle décharge qui sera située à Al Mejjatia, sur une superficie de 11 hectares.

Selon une source de Le Site info, cette dernière nécessite minimum 12 mois de réaménagement pour être prête, assurant que la décharge de Médiouna ne fermera pas tant que celle d’Al Mejjatia n’a pas encore été réaménagée.

A ce propos, le coordinateur de la coalition associative pour la protection de l’environnement El Mehdi Limina a confié à Le Site info que les militants associatifs ont déjà appelé la commune à fermer immédiatement et définitivement la décharge de Médiouna à cause des dangers qu’elle représentes pour la santé des citoyens.

Et d’ajouter que les habitants de Médiouna ont été choqués par la décision du conseil de la ville de reporter l’ouverture des plis, soulignant qu’ils ne supportent plus de vivre à proximité de cette décharge.

Rappelons que les responsables environnementaux à Casablanca avaient tiré la sonnette d’alarme, alertant contre le risque d’explosions et d’incendies dans la décharge de Médiouna. Ces dernières pourraient être causées par le méthane, ce gaz issu de la fermentation des matières organiques et qui a un effet 35 fois plus toxique que le gaz carbonique.

Le risque s’accroît, en effet, avec le temps et les responsables du secteur sont toujours incapables de trouver des solutions efficaces à pour éradiquer ces montagnes de déchets occupant plus de 80 hectares.

La hauteur des déchets a dépassé 50 mètres en octobre. Ces montagnes d’ordures, en cas d’effondrement, vont émettre un taux énorme de méthane capable de causer le pire, au grand dam des habitants de Casablanca.

Des experts ont d’ailleurs rappelé que la fumée qui a touché, pendant tout le mois de septembre, les régions d’El Maârif, Sidi Hajjaj, Ain Sbaa, Sidi Othmane, Hay Mohammadi ou encore Hay Hassani est due au méthane émis par les ordures de la décharge de Médiouna lorsqu’elles sont brûlées.

Noura Mounib

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Officiel : la Coupe d’Afrique au Maroc à partir du 21 décembre 2025













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page