Economie

Projet IBTIKAR : renforcement de la recherche et de la formation agricole au Maroc

En marge de la 16ème édition du Salon International de l’agriculture au Maroc (SIAM), un acte d’engagement pour un nouveau projet d’appui à l’adaptation de la formation et de la recherche agricole et forestière marocaine aux enjeux de la transition écologique, nommé « IBTIKAR » (innovation) a été signé, ce mardi 23 avril 2024 à Meknès, entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne, représentés par Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement Rural, et des Eaux et Forêts (MAPMDREF), et Patricia Llombart Cussac, Ambassadrice de l’Union européenne au Maroc.

Les deux parties se sont engagées à appuyer un nouveau projet de collaboration avec le consortium de formation et de recherche agricole et forestière, réunissant l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (IAV), l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès (ENAM) et l’École Nationale Forestière d’Ingénieurs (ENFI).

Patricia Llombart Cussac, Ambassadrice de l’Union européenne au Maroc a déclaré : « l’appui au système de la formation et de la recherche, constitué de quatre établissements agricoles et forestiers marocains de renom, vise le renforcement de la préparation des nouvelles générations de femmes et d’hommes décideurs, ingénieurs, enseignants, techniciens, conseillers et chercheurs du monde de l’agriculture, de l’élevage et des forêts pour faire face de façon encore plus efficace aux défis conjoints des dérèglements climatiques, de la régénération des ressources et de la biodiversité ainsi que de l’entrepreneuriat vert ».

Mohammed Sadiki, a quant à lui déclaré : « ce partenariat vert Maroc-UE témoigne de notre engagement tous pour une agriculture durable et résiliente au changement climatique et pour lequel nous nous félicitons des actions concrètes déjà engagées et de celles inscrites dans la perspective et c’est justement dans ce cadre que s’inscrit la subvention au Système National de Formation et de Recherche Agricole (SNFRA), qui vise à accompagner l’adaptation de la formation et de la recherche agricole et forestière marocaine aux enjeux de la transition ».

Le projet IBTIKAR, d’un montant de 43 millions de dirhams (4 millions d’euros) financé par l’Union européenne, et d’une durée de 3 ans et demi, vise quatre objectifs principaux :

  • L’adaptation des cursus aux défis de la transition écologique et la formation d’une nouvelle génération d’élèves, d’enseignant(e)s, agricoles et forestiers aux pratiques et systèmes de production durables et mieux préparés aux défis du climat.
  • La consolidation d’un cadre de recherche collaborative, orientée vers les enjeux de la transition écologique et du changement climatique ainsi que la co-construction et la validation des résultats de la recherche en vue d’assurer la durabilité des systèmes alimentaires et forestiers.
  • La diffusion des compétences et des savoirs pour et entre acteurs ainsi que la vulgarisation des itinéraires techniques adaptés à la transition écologique.
  • La conception et mise en œuvre d’un dispositif d’incubation, en plus des modules de formations initiales et continues portant sur l’entrepreneuriat autour des filières de production / consommation durables.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Programme AL ARD AL KHADRAA-Terre Verte, financé par l’Union européenne, d’un montant total de 115 millions d’euros, qui contribue aux objectifs de durabilité et d’inclusion socio-économique des politiques agricoles et forestières, en appui aux stratégies « Génération Green » et « Forêts du Maroc », et se met en œuvre dans 4 régions agroforestières pilotes: Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Béni Mellal-Khénifra, Drâa Tafilalet et  l’Oriental.

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page