Maroc

Rabat: le retour du « sabot » suscite la colère

Décidément, on a chassé le faux « natuel » et il est revenu au galop, à Rabat!  En donnant aux R’batis un véritable, inattendu et illégime « coup de sabot » avec le retour du fameux… « sabot » dans les aires de stationnement de la capitale.

Ceci, malgré la décision du Tribunal administif, qui date de 2006, et qui avait fait pousser un grand « ouf » de soulagement aux automobilistes, aussi bien r’batis, slaouis que celui des visiteurs.

Ce retour impromptu du fameux « sabot » n’a pas manqué de faire réagir les citoyens, qui s’interrogent sur  la légalité de cette nouvelle décision d’immobilisation des véhicules, et a suscité leur grande colère et leur indignation.

Cependant, un autre citoyen a déclaré à Le Site info qu’il n’est pas contre cette décision. « Mais il faut qu’une loi fixe les modalités et les mesures claires de la pose du sabot », a-t-il souligné.

Et de poursuivre qu’il n’est point logique d’imposer aux résidents des quartiers de payer de lourdes amendes en contrepartie du stationnement de leurs véhicules, comme il est injuste d’obliger les fonctionnaires et les employés à payer le ticket du parcmètre chaque jour ouvrable que Dieu fait.

Quant à Me Mohamed Almou, il considère que le fait que certains Conseils aient signé des accords  avec des sociétés, déléguées à l’exploitation du service de stationnement sur la voie publique, est régi par un ensemble de lois.  Et cela entre dans le cadre de l’occupation temporaire, et payante, du domaine pubic.

Rappelons que dans une précédente déclaration à Le Site info, Me Almou avait expliqué que dans le cas de non-paiement du stationnement,- ce qui est un acte « dangereux », selon ses dires-,  les Conseils des villes concernées octroient le droit aux sociétés déléguées de « faire la police ».

Et ce, en immobilisant les véhicules avec le sabot jusqu’à ce que le « contrevenant » s’aquitte du prix du stationnement de son véhicule, avait encore expliqué l’avocat.

Faut-il donc comprendre que, selon l’adage arabe, « Halima est revenue à son ancienne habitude « ? Quid alors de la décision dun Tribunal administratif de Rabat, datant de 2006!

Larbi Alaoui

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Hajj 1445: la chaleur tue près de 600 pèlerins  













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page