Economie

Industrie. États-Unis : Musk vs Trump sur fond de grève

La grève qui frappe de plein fouet l’industrie automobile américaine depuis plus de deux semaines a fait réagir Elon Musk, patron de Tesla, dont les équipes se rendent sagement au travail, à l’inverse de celles, syndiquées, du «Big Three» composé de General Motors, Ford et Stellantis (ex-Chrysler).

Selon le fantasque milliardaire, si les revendications des ouvriers venaient à être satisfaites, cela mènerait inéluctablement les acteurs historiques du secteur à leur perte. «Ils veulent une augmentation de salaire de 40% et une semaine de travail de 32 h. Meilleur moyen de conduire les constructeurs à la faillite en un rien de temps» , a publié, sur son nouveau joujou extra, X (ex-Twitter), le «startupper» le plus médiatisé du globe.

Signalons qu’un autre «twittos» célèbre, Donald Trump, réprouve cette grève, mais pour des raisons diamétralement opposées. L’ex-pensionnaire de la Maison Blanche, qui se verrait bien y signer un nouveau bail, estime en effet que les grévistes se trompent de combat, cherchent à améliorer leurs conditions de travail et leurs émoluments au lieu de sécuriser leur emploi en s’attaquant au véritable nœud du problème : la stratégie d’électrification massive mise en place par les «Big Three». Une stratégie qui devrait conduire, d’après lui, à la disparition de plusieurs dizaines de milliers d’emplois aux États-Unis.

Mehdi Labboudi / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Pluies intenses et coups de tonnerre à Marrakech (Vidéo)













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page