Maroc

Mohamed El Bouhmadi: “Le Maroc est stratégiquement positionné pour devenir un centre régional et continental de la R&D”

Mohamed El Bouhmadi
Président de la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutiques (FMIIP)

La FMIIP, qui fête ses 40 ans, est un acteur majeur de l’industrie pharmaceutique marocaine. Elle regroupe 33 sites certifiés, réalise 80% des exportations de médicaments et ambitionne de renforcer la politique nationale du médicament. Avec 75% de part du marché local et des exportations ciblées, la FMIIP vise à accroître la compétitivité de l’industrie pharmaceutique marocaine et à en faire le moteur d’un hub africain.

Quels sont les principaux défis auxquels fait face actuellement la Fédération ?
La FMIIP fait face à plusieurs défis majeurs. Elle veille à optimiser les efforts de ces membres pour :
– Renforcer la politique nationale du médicament en favorisant la production locale et mettre en place la préférence nationale pour les médicaments fabriqués localement, notamment pour les appels d’offres publics. Il s’agit aussi de valoriser le label «Made in Morocco» en tant que gage de qualité, compétitivité et durabilité, renforçant ainsi nos partenariats internationaux.
– Positionner le Maroc comme un hub pharmaceutique africain en s’appuyant sur une production nationale de qualité, et en déployant une stratégie d’exportation ciblée afin d’en étendre la présence sur les marchés clés en Afrique et en Europe.
– Répondre à l’appel royal en renforçant la souveraineté sanitaire nationale et continentale et en promouvant l’indépendance médicamenteuse et vaccinale, contribuant ainsi au succès de la CSU. Les génériques et biosimilaires locaux joueront un rôle crucial dans la gestion des dépenses liées aux médicaments. Enfin, le dernier défi auquel nous avons dû faire face est l’amendement présenté lors des discussions du PLF 2024 sur l’obtention de la déductibilité et droit au remboursement de la TVA, à la suite de l’exonération de la TVA sur le médicament. Exonération du médicament qui est une excellente initiative que nous avons saluée.

Quelles sont les principales initiatives et les axes de développement prévus pour renforcer la compétitivité et soutenir l’innovation dans l’industrie pharmaceutique marocaine ?
L’industrie pharmaceutique nationale a déployé diverses initiatives pour structurer, moderniser et accroître la capacité de production du secteur. Par ailleurs, la création de l’Agence nationale des médicaments et produits de santé contribuera efficacement à l’augmentation de de la compétitivité en termes de coût et de qualité.


De plus, afin de stimuler la croissance par l’innovation, des partenariats avec les universités et centres de recherche sont favorisés, notamment la collaboration avec la Fondation de recherche, développement et innovation en Sciences et Ingénierie et l’École Sup Tech Mohammedia, où la FMIIP supervise des doctorants dans des domaines liés à l’industrie pharmaceutique, renforçant la position du Maroc en tant que centre d’excellence, d’innovation et de recherche et développement.

Pour accroître les exportations, de nouveaux marchés sont ciblés avec des médicaments génériques, biosimilaires et vaccins. Par ailleurs, la modernisation des installations de production existantes est réalisée en adoptant les dernières innovations, en développant la galénique et les essais cliniques et en procédant à des fusions-acquisitions. Enfin, pour répondre à la demande croissante de techniciens spécialisés, l’Institut de formation des métiers de l’industrie pharmaceutique a été créé.

Quels sont les principaux  atouts et facteurs différenciants du Maroc pour devenir un hub régional et continental  en matière de recherche  et développement pharmaceutique ?
Le Maroc est stratégiquement positionné pour devenir un centre régional et continental de la recherche et développement, grâce à sa stabilité politique, sa géostratégie, ses compétences technologiques, humaines, et la qualité de ses infrastructures industrielles et de recherche. La plateforme technologique marocaine offre une opportunité aux investisseurs internationaux cherchant à délocaliser leur production depuis l’Asie, favorisant ainsi la colocalisation de la production et de la recherche entre l’Europe et l’Afrique.

L’infrastructure hospitalière du Maroc, composée d’hôpitaux publics et de cliniques privées, crée un environnement propice à l’attraction d’études cliniques, facilitant l’accès à des médicaments innovants à des coûts abordables. L’offre de formation pour les professionnels de la santé, tant dans le secteur privé que public, ainsi que la création de nouvelles universités et facultés de médecine et de pharmacie, renforcent davantage la position du Maroc.

Comment l’industrie pharmaceutique marocaine parvient-elle à faire face à la concurrence asiatique pour gagner des parts de marché en Afrique ?
En dépit de la concurrence intense des pays asiatiques, notamment sur le marché africain, la qualité des médicaments marocains a permis à l’industrie pharmaceutique du pays de conquérir des marchés, même face à une pression concurrentielle sur les prix. Des investissements dans des unités de fabrication en Afrique témoignent de l’engagement à développer un tissu industriel sur le continent, facilitant l’accessibilité aux médicaments.

L’expérience et l’expertise marocaines peuvent être mises à profit pour accompagner le développement des marchés africains, tant dans la distribution que dans la fabrication locale. Les partenariats de co-développement avec les pays de l’Afrique subsaharienne, initiés au plus haut niveau politique, soulignent l’engagement du Royaume à contribuer à l’émergence de marchés locaux en Afrique grâce à la qualité et à la compétitivité de son offre pharmaceutique.

De quelle manière la gestion réussie de la crise sanitaire au Maroc a-t-elle renforcé la place stratégique de l’industrie pharmaceutique nationale ?
Grâce à la vision éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et à son implication directe dans la gestion de la pandémie de Covid-19, le Maroc a été cité en exemple par de nombreux pays pour son excellence dans la réponse à la crise sanitaire et sociale. La gestion efficace de la crise a souligné l’importance stratégique d’une production pharmaceutique nationale pour garantir un approvisionnement constant en médicaments essentiels. Les industriels marocains, réactifs et solidaires, ont travaillé activement pour assurer un accès ininterrompu aux traitements, allant jusqu’à fournir des masques, des gels hydroalcooliques et des tests de dépistage.

Cette mobilisation a renforcé la conscience des autorités quant à l’impératif de souveraineté sanitaire et médicamenteuse, se traduisant par d’importants investissements, notamment dans le domaine des vaccins.

Au-delà de sécuriser l’approvisionnement en divers médicaments (génériques, biosimilaires, innovants) pour les citoyens, l’objectif est de stimuler la recherche et les partenariats public-privé, positionnant ainsi la filière pharmaceutique comme un moteur essentiel du système de santé national. En première ligne face au Covid-19, les industriels pharmaceutiques ont acquis une place prépondérante dans la stratégie sanitaire du Royaume.

La rédaction / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page