Monde

Sénégal: Macky Sall ne va pas briguer un nouveau mandat

Par LeSiteinfo avec MAP

Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, élu en 2012 et réélu en 2019, a confirmé jeudi soir que son mandat à la tête du pays prend fin le 2 avril 2024.

L’annonce a été faite par Macky Sall, lors d’une interview accordée à des médias locaux et retransmise en direct sur la Radiotélévision sénégalaise « RTS ».

« Je le déclare solennellement, ma mission prend fin le 2 avril 2024 », a dit le président Macky Sall, qui avait affirmé le 3 juillet dernier qu’il n’allait pas se présenter à l’élection présidentielle pour un nouveau mandat.

Le président sénégalais a annoncé également dans cette interview que le Dialogue national se tiendra le lundi prochain, sans confirmer si l’élection présidentielle se déroulera avant ou après le 2 avril 2024, date de la fin de son mandat.


Le Conseil constitutionnel sénégalais a annulé jeudi dernier la loi reportant l’élection au 15 décembre 2024.

Le Conseil a constaté l’impossibilité de maintenir la présidentielle le 25 février et demandé aux autorités d’organiser le scrutin « dans les meilleurs délais ».

Le chef de l’Etat a affirmé vendredi son intention de respecter la décision du Conseil constitutionnel et de mener « sans tarder les consultations nécessaires » à l’organisation du scrutin.

Il a demandé mercredi lors de la réunion du Conseil des ministres que « toutes les dispositions » soient prises « pour une bonne organisation de l’élection présidentielle à une date qui sera fixée très prochainement, après les consultations avec les acteurs politiques, les responsables de la société civile et les représentants des forces vives ».

Macky Sall a exprimé aussi sa volonté de « dialogue pour l’apaisement et la pacification de l’espace public », et a demandé au ministère de la Justice de finaliser des textes « pour matérialiser la volonté de réconciliation et de pardon ».

A signaler que plusieurs centaines de détenus et acteurs politiques ont été libérés la semaine dernière.

Le président Macky Sall avait annoncé, le 3 février dernier, avoir annulé le décret convoquant les Sénégalais aux urnes le 25 février prochain pour l’élection d’un nouveau président de la République.

En prenant cette décision, il a invoqué des soupçons de corruption concernant des magistrats du Conseil constitutionnel parmi ceux qui ont procédé à l’examen des 93 dossiers de candidature et jugé recevables 20 d’entre eux.

S.L

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Tempête inédite à Dubaï : des images impressionnantes à l’aéroport ce mardi (VIDEOS)













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page