Maroc

Tourisme : Agadir table sur le Fonds de reprise des hôtels fermés

 

Sur les 29.437 lits de capacité hôtelière de la destination, 7721, soit près d’un tiers, bénéficient de la subvention de la rénovation.  Entretemps, 8.000 lits – soit un autre tiers – restent fermés. Cette capacité représente 21 hôtels, ce qui grève la commercialisation en matière de sièges et de chambres à vendre au sein de la destination, d’où la résolution urgente et rapide de cette question à travers l’amorçage du Fonds de reprise.

S’il y une destination touristique dont le parc hôtelier est actuellement grevé par la fermeture d’une grande partie de ses établissements d’hébergement touristique classé, c’est sans conteste la ville d’Agadir. Au-delà des hôtels classés qui font actuellement l’objet de différentes opérations, ce sont les établissements vétustes et fermés inéligibles à ce programme, doté de 120 MDH sur quatre ans (2021-2024), qui nécessitent une intervention urgente. Chantiers inachevés, hôtels fermés ou délabrés, ces unités abandonnées à leur sort constituent, depuis des années, des points noirs, qui portent atteinte au paysage urbain de la ville.

Ce dernier a bénéficié depuis cinq ans d’une cure de jouvence dans le cadre du PDU d’Agadir 2020-2024. Alors que sur 29.437 lits de capacité hôtelière au sein de la destination, 7.721 lits, soit près d’un tiers, bénéficient du programme de rénovation, un autre tiers, soit 8.000 lits, regroupe des établissements fermés.

Un pilotage régional au niveau d’Agadir très attendu
Cette capacité représente 21 hôtels, ce qui grève la commercialisation en matière de sièges et de chambres à vendre au sein de la destination, d’où la résolution urgente et rapide de cette problématique qui porte atteinte à la survie de la destination à travers la mise en place du dispositif étatique sous forme de Fonds de reprise pour la résolution définitive de cette problématique.

Faisant partie des leviers de la nouvelle feuille de route du secteur du tourisme pour la période 2023-2026, la structuration et la consolidation de l’offre hôtelière de cette stratégie, qui ambitionne d’attirer 17,5 millions de touristes en 2026 au niveau national, a préconisé le fonds de reprise à travers son amorçage et pilotage régional au niveau d’Agadir. En attendant la signature et le déploiement du contrat d’application régional du tourisme en cours de finalisation après moult moutures et concertations au sujet de son contenu et son positionnement, le traitement des hôtels fermés nécessite un accompagnement au cas par cas, étant donné que la typologie des problèmes à laquelle sont confrontés ces établissements n’est pas la même.

Entre-temps, plusieurs hôtels en front s’apprêtent à ouvrir leurs portes, notamment le Sofitel Royal Bay, qui a annoncé son ouverture le 1er mai 2024. Cet établissement fait partie des trois hôtels en front de mer de la station balnéaire d’Agadir qui ont été fermés avant la crise sanitaire. Les autres établissements sont l’hôtel Palais des Roses, déjà repris par le groupe égyptien Pickalbatros, mais dont les travaux ne sont pas encore engagés et la reprise de l’ancien Club Med par le groupe Tikida, dont la fermeture a été anticipée en 2021 après la fin de son contrat de bail avec Madaëf, branche du tourisme de la CDG. Exploité en location depuis 1965, ce club sera remplacé par une nouvelle unité sous enseigne TUI Magic Life alors que les travaux ne sont pas encore entamés actuellement.

Des hôtels fermés  depuis des décennies
D’autres hôtels situés au niveau de la seconde et troisième ligne de la destination Agadir et dans la zone Founty sont abandonnés à leur sort. Il s’agit, entre autres, de l’hôtel Kempinski Royal Palace. Le chantier qui devait normalement renforcer depuis septembre 2010 la capacité de la destination d’Agadir est en stand-by depuis plus d’une décennie. Le constat est le même pour l’hôtel Transatlantique et l’hôtel Coralia Club la Kasbah en plus de Ryad Mogador et l’hôtel Salam.

Sur ce dernier point, l’hôtel Agadir City Tower, qui devra remplacer cet établissement, n’a jamais été construit sur les ruines de l’hôtel Salam avec une composante RIPT. Parmi les hôtels fermés figure aussi l’hôtel Tivoli, les Omeyyades, Igoudar et bien d’autres.

Par ailleurs, bien que la destination Agadir ait dépassé la barre des 1,2 million de visiteurs au cours de la saison touristique 2023, la fréquentation touristique a été marquée par le repli des nuitées. Une tendance qui a été observée tout au long de l’année précédente, y compris durant la période estivale. Ceci représente un manque à gagner de l’ordre de 366.510 nuitées, puisque ces dernières ont reculé de 5,38 millions en 2019 à 5,02 en 2023 pour ne citer que les chiffres de cette période, ce qui démontre que la destination est devenue une city break sous forme de ville de passage avec une durée moyenne de séjour d’à peine 4 nuitées.

Fonds de reprise : un partenariat en PPP

Ce mécanisme étatique s’appuiera sur un Partenariat public-privé. L’objectif de ce dispositif est de mieux consolider et mettre à niveau l’offre hôtelière d’environ 62.000 lits (fermés ou en difficulté) au niveau des différentes destinations du Royaume.

En attendant la validation du principe de création de ce dispositif financier – avec le Fonds Hassan II pour le développement économique et social (FHII) et le Fonds Mohammed VI pour l’investissement, avec un premier pilotage régional au niveau de la destination d’Agadir – l’idée est de mettre en place un Organisme de placement collectif immobilier (OPCI) devant porter les murs des hôtels concernés.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page