Maroc

Études à l’étranger : des bourses à ne pas manquer

La mobilité internationale des étudiants est un véritable phénomène. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles de plus en plus d’étudiants choisissent d’étudier à l’étranger. En plus de la qualité de l’enseignement avec des universités renommées à l’étranger et plus ou moins facilement accessibles, offrant souvent des programmes académiques de haut niveau, les étudiants sont souvent attirés par les opportunités de stages dans des domaines spécifiques qui correspondent à leurs intérêts et à leurs objectifs de carrière. À cela s’ajoutent, par ailleurs, le réseautage international et le besoin de développement personnel. Heureusement pour les Marocains qui rêvent d’étudier ailleurs, il existe une panoplie de bourses auxquelles ils peuvent prétendre. Entre la France, la Turquie, l’Inde, le Sénégal en encore la Chine, voici une liste non exhaustive d’offres.

Au titre de l’année académique 2023-2024, le gouvernement de Malaisie octroie, dans le cadre du Programme malaisien de coopération technique (MTCP), des bourses d’étude au cycle de master aux étudiants marocains souhaitant poursuivre leurs études supérieures dans les universités malaisiennes. Parrainée par le gouvernement malaisien, la bourse MTCP est destinée aux étudiants internationaux issus des pays en voie de développement ou pré émergents afin de poursuivre leurs études de troisième cycle en Malaisie, tout en acquérant les connaissances et compétences nécessaires qui pourraient contribuer au développement de leur pays d’origine. La durée de la bourse est de 24 à 36 mois pour le programme de master.

Sur le même continent, l’Inde, à travers le Conseil indien des relations culturelles (ICCR) octroie aux étudiants internationaux des bourses d’études pour les cycles de licence, de master et de doctorat pour la prochaine année académique. La bourse s’adresse aux Marocains âgés de 18 à 30 ans pour les cycles de licence et master et de moins de 45 ans pour le cycle de doctorat. Un bon niveau en anglais est exigé aux candidats.

L’amérique du nord, eldorado pour les professionnels
En Amérique du nord, le Québec octroie aux étudiants marocains, dans le cadre de l’entente maroco-québécoise, 42 bourses d’exemption des droits de scolarité supplémentaires, au titre de la session d’automne 2023. Les candidats ayant déjà entamé leurs études supérieures dans des établissements québécois doivent obligatoirement fournir des copies de tous les relevés de notes délivrés par ces établissements, et ce, pour toutes les sessions suivies.


Non loin de là, les États-Unis, à travers le programme Humphrey, destiné aux cadres marocains souhaitant accroître leurs capacités professionnelles en participant à des programmes spécialisés de 10 mois, offre des possibilités d’études à l’étranger à des Marocains. Le programme n’est pas sanctionné par un diplôme, mais exige un dossier professionnel de premier ordre et une expérience d’au moins cinq ans, avec des responsabilités croissantes dans le secteur public ou dans le secteur privé. Il est encore possible de postuler jusqu’au 31 juillet 2023.

Des doubles diplomations possibles en France
En Europe, la France accorde aux étudiants marocains de nombreuses bourses. On peut citer le programme de bourses pour ingénieur en double diplomation qui s’adresse à des élèves ingénieurs de niveau master, exclusivement de nationalité marocaine, inscrits dans une école d’ingénieur participant au Concours national commun (CNC). L’établissement d’enseignement supérieur marocain doit être lié à un établissement français par un accord de double diplomation qui reconnaît la mobilité en France comme faisant partie intégrante du cursus de l’étudiant. Ainsi, cette mobilité doit lui permettre l’obtention d’un double diplôme à la fin de ses études en France et de son cursus au Maroc. La bourse est attribuée pour couvrir toute la durée de scolarisation en France (hors stage obligatoire), soit environ 17 mois (à partir de septembre 2023 jusqu’à janvier 2025) afin de préparer le diplôme français d’ingénieur.

Toujours sur le même continent, la Norvège ouvre, elle aussi, ses portes aux étudiants marocains, d’une autre manière plus attractive. En effet, si le parlement norvégien a voté une nouvelle loi imposant les frais de scolarité aux étudiants provenant des pays hors de l’espace économique européen et la Suisse à partir du semestre d’automne 2023, les groupes d’étudiants étrangers dont les Marocains sont exemptés du paiement des frais, notamment les étudiants en échange, et les doctorants. Comme vous l’auriez sans doute deviné, cette liste est très loin d’être exhaustive. Notons enfin que le Maroc, à travers l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), offre chaque année des bourses d’études pour les étudiants souhaitant étudier dans le royaume, principalement des étudiants d’Afrique. Considéré comme un acteur majeur dans la mise en œuvre de la coopération Sud-Sud, l’AMCI met à profit le savoir-faire et l’expertise du royaume dans plusieurs domaines pour fournir un appui aux pays en développement, principalement en Afrique.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page