Economie

Entreprises : comment favoriser l’essor de champions africains ?

C’est un sujet qui est plus que d’actualité. Il s’agit de l’émergence de champions industriels africains qui permettront le développement d’écosystèmes et contribueront positivement à la croissance économique. Le sujet a d’ailleurs été débattu lors de la 9e édition du Forum Makutano à Abidjan.

L’Afrique en compte, mais elle en a encore besoin. C’est en somme ce qu’il faut retenir lorsque l’on parle de champions africains dans l’industrie. Le sujet est tellement d’actualité, qu’il a fait l’objet d’un panel de très haut niveau lors de la 9e édition du Forum Makutano, qui s’est tenu les 20 et 21 septembre courant à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Et l’ancien président nigérian, Olusegun obasanjo est catégorique : «l’Afrique a besoin de champions et elle réussira à les faire émerger. Sauf que ce n’est pas aux autres de venir le faire à la place des Africains. C’est aux hommes d’affaires et pays africains de le faire par eux-mêmes». Le vétéran nigérian, qui intervenait lors de cet événement, est revenu sur la manière dont il a favorisé l’émergence de grands groupes nigérians, qui s’imposent aujourd’hui sur le continent dans plusieurs secteurs, notamment les banques, les assurances ou encore les BTP.

Écosystèmes
Mais en parlant de champions nationaux, un autre pays africain se distingue : il s’agit bien évidemment du Maroc, qui compte au moins 56 entreprises parmi les 500 premières en Afrique en termes de chiffre d’affaires. D’ailleurs, deux intervenants venus du Maroc ont pris part à ce panel qui constituait un temps de fort du Makutano 2023.

Le premier était Abdou Diop, managing partner de Mazars et non moins président de la Commission Sud-Sud Afrique de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Il est notamment revenu sur l’importance de disposer de champions nationaux, surtout dans un contexte d’évolutions économiques et de chocs majeurs.

«Beaucoup de champions nationaux ont fait éclore des écosystèmes auteur d’eux. C’est notamment le cas au Maroc. Il faut donc créer des champions nationaux, car cela favorise la redevabilité en cas de besoin, comme cela a été observé lors du séisme au Maroc. On a vu comment les entreprises du BTP et des transports se sont mobilisées en orientant leurs équipements vers les zones sinistrées», a rappelé Abdou Diop.

Expériences africaines
Une autre intervenante a également partagé l’expérience du Maroc lors de ce forum Makutano. Il s’agit de Farida Jirari, directrice générale de l’Association pour le progrès des dirigeants.

Selon elle, dans le Royaume, «le Roi Mohammed VI a eu une ambition, c’est celle de développer des champions nationaux qui sont par la suite devenus des champions continentaux. Le besoin de répondre aux attentes locales favorise la création de champions nationaux».

Lors de ce panel, les expériences de l’Afrique du Sud ont également été partagées, à travers l’émergence de grands groupes qui ont aujourd’hui une envergure continentale. Il est également apparu que la volonté politique demeure nécessaire pour accompagner le secteur privé, mais les acteurs de celui-ci doivent aussi travailler ensemble pour favoriser le renforcement de leurs activités. Surtout, dans un contexte où, partout sur le continent, des voix se font davantage entendre pour une réappropriation locale des ressources naturelles et du potentiel de développement économique, afin de parvenir à une croissance inclusive.

Nicolas Kazadi
Ministre des Finances de la République démocratique du Congo

Dans l’avenir, la coopération sud-sud ne sera pas une exception, mais la règle. Dans le futur, tous les pays africains vont émerger et c’est à nous de préparer cette émergence. L’émergence de champions africains relève d’une volonté politique et je suis convaincu que nos États ne manqueront pas de faire le nécessaire dans ce sens.

Abdou Diop
Managing partner Mazars

Beaucoup de champions nationaux ont fait éclore des écosystèmes auteur d’eux. C’est notamment le cas au Maroc. Il faut donc créer des champions nationaux, car cela favorise la redevabilité en cas de besoin, comme cela a été observé lors du séisme au Maroc. On a vu comment les entreprises du BTP et des transports se sont mobilisées en orientant leurs équipements vers les zones sinistrées.

Farida Jirari
Directrice générale Association pour le progrès des dirigeants

Au Maroc, le Roi Mohammed VI a eu une ambition, c’est celle de développer des champions nationaux qui sont par la suite devenus des champions continentaux. Le besoin de répondre aux attentes locales favorise la création de champions nationaux.

Abdellah Benahmed / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page