Economie

Entreprises africaines : réussir le pari de la diversification

Le secteur des hydrocarbures représente à lui seul 25% du chiffre d’affaires des 500 plus grandes entreprises africaines en 2022. Certes, cela s’explique par une flambée des cours mondiaux des hydrocarbures suite à la guerre en Ukraine, mais en dit long sur la nécessité de diversifier les secteurs économiques en Afrique.

En 2022, les 500 plus grandes entreprises africaines ont réalisé un chiffre d’affaires record. La moisson atteint pour la première fois les 760 milliards sur une seule année. Selon Julien Wagner, journaliste à Jeune Afrique et l’un des auteurs de ce classement, «c’est un montant inédit, qui s’explique, en particulier, par la flambée des prix du gaz et du pétrole en 2022, en raison du conflit en Ukraine.

D’ailleurs, 25% du chiffre d’affaires cumulé proviennent du secteur des hydrocarbures». Cette conjoncture, qui a mis à mal la plupart des États africains, a au moins profité à ce secteur des hydrocarbures sur le continent, comme cela a d’ailleurs été le cas ailleurs.

En effet, les majors du pétrole dans le monde ont vu, pour la plupart, leur chiffre d’affaires et leurs bénéfices exploser et atteindre des sommets inédits. C’est notamment le cas pour le géant saoudien Aramco ou encore le français TotalEnergies.


Diversification
Ce classement fait également ressortir une autre réalité, à savoir une très forte concentration des domaines d’activités dans plusieurs pays. Par exemple, en Algérie, la Sonatrach, qui est par ailleurs la première société africaine, représente à elle seule le tiers du PIB du pays.

Autrement dit, toute baisse des cours mondiaux des hydrocarbures aura un impact sérieux sur la situation économique de ces pays dépendant de l’exploitation de ces ressources. C’est là que l’exemple marocain prend tout son intérêt, puisque le Royaume est l’un des rares pays à afficher une forte présence de ses entreprises dans ce classement, tout en se distinguant par une diversité de ses secteurs représentés.

«Ce qui caractérise le Maroc, c’est la grande diversité des secteurs dans lesquels ses entreprises sont présentes. Il n’y a pas un secteur qui domine par rapport aux autres. On note une grande diversité, allant du secteur minier, à celui des télécoms, en passant par les finances, les énergies, le commerce, le transport logistique, l’agro-industrie, etc.», poursuit Julien Wagner.

L’Afrique de l’Ouest, une région dynamique
Cette diversification est donc un défi à réussir pour les entreprises du continent. Une diversification sectorielle, mais aussi géographique. D’ailleurs, les auteurs du rapport dressent le constat suivant :  «leader traditionnel, l’Afrique du Sud continue de dominer le classement avec une contribution majeure au chiffre d’affaires cumulé, reflétant la robustesse de son économie.

Cependant, une tendance intéressante se dessine avec une présence croissante de l’Afrique de l’Ouest, qui gagne du terrain et voit le nombre de ses entreprises dans le classement augmenter». Cette évolution suggère un rééquilibrage économique et met en lumière la montée en puissance de nouveaux rapports de force sur le continent, attestant de la dynamique de croissance et de diversification économique de l’Afrique.

Abdellah Benahmed / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les dernières actualités sur votre WhatsApp
Aïd Al Adha au Maroc: combien coûtera le mouton ?













Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page