Un journal saoudien s’intéresse au sacre de Soufiane El Bakkali

Le sacre remporté par l’athlète marocain Soufiane El Bakkali sur 3.000 mètres steeple lors des Jeux olympiques (JO) de Tokyo est le fruit de plusieurs années d’entraînement intensif avec la sélection marocaine et d’une planification assidue pour une nouvelle génération sportive marocaine, a affirmé le journal saoudien « Arab News ».

L’athlète marocain âgé de 25 ans, qui n’avait pas réussi à monter sur le podium lors des Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016 en terminant en 4ème place, a dominé la course à Tokyo en réalisant un chrono de 8min 8s 90/100 devant l’Éthiopien Lamecha Girma et le Kényan Benjamin Kigen, souligne le média anglophone.

« C’est un exploit historique pour moi », a affirmé El Bakkali dans un entretien avec le correspondant du journal dans le village olympique de Tokyo.

Il a ajouté que « les JO de Tokyo ne ressemblent à aucune autre compétition, d’autant plus qu’ils ont été reportés d’un an. Dieu merci, le plan de course a été un succès et m’a permis de remporter la médaille d’or », rapporte le média.

Par ailleurs, fait-t-il observer, El Bakkali appartient à une école de jeunes athlètes marocains soutenus par la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA), grâce à des programmes et des conditions qui ont valorisé le talent de l’athlète marocain et l’ont aidé à devenir champion.

Citant El Bakkali, « Arab News » relève que « passer trois ans avec l’équipe nationale m’a beaucoup aidé. Au Maroc, nous disposons de toutes les facilités nécessaires et le climat est favorable et unique dans les villes de Rabat et Fès pour mettre le pays sur la carte des meilleurs compétiteurs du monde. L’accent est mis en particulier sur la nouvelle génération de jeunes âgés entre 21 et 25 ans ».

L’athlète marocain a, de même souligné, que sa victoire était l’aboutissement de nombreuses années de préparation, d’entraînement et de compétition avec les athlètes kényans et éthiopiens qui avaient dominé la course pendant des années, notant que « lors des précédentes courses de qualification, j’ai essayé de préserver mon d’énergie pour la course finale ».

Revenant sur l’impact de la pandémie du coronavirus, El Bakkali a affirmé que « la crise a effectivement jeté son ombre sur les Jeux olympiques, rendant la tâche particulièrement difficile pour les athlètes. Mais j’ai pris les précautions nécessaires avant de venir au Japon. J’ai suivi la même approche que j’avais adoptée avant pour me protéger et protéger les autres du virus ».

« Au Japon, les mesures de prévention sont strictes, ce qui m’a permis de rester à l’abri du virus jusqu’au jour de la compétition », a-t-il ajouté.

IL


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page