Raja: Boudrika risque très gros

©DR

Mohamed Boudrika, président du Raja et vice-président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) est menacé d’une suspension d’un an, avec interdiction de toute activité sportive, tant qu’il n’a pas apporté toute la lumière sur ses déclarations accusant la fédération de favoritisme pour l’équipe du Widad.

Cette révélation est faite par un membre de la FRMF au quotidien Al Akhbar. Ce responsable fédéral précise que Boudrika non seulement perdrait sa qualité de vice-président, mais qu’il se verrait également frappé par une amende pouvant atteindre les 100 millions de centimes.

Par ailleurs, Al Akhbar indique que Boudrika sera entendu par la police. Le quotidien ajoute que, selon des sources concordantes, il aurait cherché par ses déclarations à s’attirer la sympathie des supporters du Raja, d’autant plus qu’il veut quitter le monde de la gestion footballistique avec les moindres dégâts.

Dans une déclaration accordée à Al Akhbar dans son édition de jeudi, Boudrika estime que le refus par Faouzi Lakjaâ d’accepter sa démission constitue un scandale et qu’il devait l’accepter tout de suite au lieu de la reporter à plus tard, alors que tout le monde est au courant des circonstances dans laquelle cette décision a été prise.

Boudrika a ajouté qu’il est prêt à affronter, dans le cadre de la loi, toute personne réaffirmant que son équipe est victime d’une injustice au profit d’autres clubs.

A quelques jours du derby, la polémique ne risque pas de s’apaiser.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: les habitants de l’ancienne médina en colère (VIDEO)

Les habitants de l’ancienne médina de Casablanca, ceux du quartier Lafrina en particulier, sont en colère. Et pour cause, la mosquée Madani a été fermée après l’effondrement d’une partie du toit des toilettes.