Radio Mars sanctionnée par la HACA après les propos d’Adil El Omari

Les propos sexistes d’Adil El Omari refont parler d’eux. Cette fois-ci, c’est au tour de la HACA de se prononcer. L’instance ne s’est pas montrée clémente en infligeant une lourde sanction à Radio Mars.

“Le Conseil Supérieur de la Communication Audiovisuelle a décidé, lors de sa plénière du 11 juillet 2019, de suspendre la diffusion de Radio Mars durant l’horaire habituel de l’émission “Les Oulamas de Mars” et “Kadaya Riyadiya bi ouyoun Aljaliya” pour une durée de 15 jours et la suspension de ces deux émissions pendant la même période”, indique l’instance dans un communiqué rendu public sur son site officiel.

Cette décision sera aussi publiée au Bulletin Officiel, précise le communiqué. Et d’ajouter: “Cette décision intervient à la suite du constat fait par les équipes de la HACA dans le contenu de plusieurs éditions de ces deux émissions de manquements aux dispositions légales et réglementaires en vigueur régissant le secteur de la communication audiovisuelle.”

La HACA considère que les manquements relevés concernent notamment les obligations de la Radio en matière de respect de la dignité humaine, de lutte contre les stéréotypes portant atteinte à l’image et à la dignité de la femme et de non-incitation à la violence et à la haine.

Or, l’instance a relevé que le discours tenu lors des éditions de l’émission “Les Oulamas de Mars” incite et encourage, même implicitement, une partie du public à la violence et à la haine entre supporters lors des manifestations sportives.

La sanction prise par le CSCA à l’encontre de Radio Mars est également justifiée par les propos de l’animateur de l’émission. En s’adressant à une auditrice, ce dernier lui a adressé des paroles qui constituent une atteinte à l’appartenance à la Nation et au sentiment citoyen de l’auditrice.

El Omari l’avait, rappelons-le, sèchement invité à aller “s’occuper de la cuisine” et à “suivre Choumicha” (en référence aux émissions culinaires). Et Monsieur foot avait poursuivi: “Laisse le football pour ceux qui s’y connaissent, le Maroc n’a pas besoin de ton soutien”.

“Le Conseil a aussi estimé qu’à travers d’autres propos proférés à l’encontre de la même auditrice, l’animateur a imposé au public du programme ses parti-pris et ses représentations particulières en faveur de l’exclusion de la femme et de la négation de son droit à s’intéresser au fait sportif national, en limitant son rôle aux tâches de cuisine, en minorant indûment son rôle et sa participation sociale, en sous-estimant ses compétences et ses aptitudes et en lui reniant la liberté et le droit d’exprimer son opinion, en tant qu’acteur fondamental dans la société”, peut-on lire dans le communiqué.

Par ailleurs, le Conseil a également constaté que l’animateur a ordonné, en direct, au service technique de l’émission d’interrompre l’appel de l’un des auditeurs ayant exprimé une opinion divergente de la sienne.

“Ce comportement a été considéré de nature à contribuer à affaiblir la culture du débat et constitue un manquement au respect du pluralisme d’expression des courants d’opinion et de pensée dans les contenus médiatiques. Il enfreint de ce fait le devoir de neutralité auquel sont tenus les professionnels des médias”, explique le communiqué.

Concernant l’autre émission, le Conseil Supérieur a relevé des expressions de nature péjorative et consacrant une image stéréotypée, dévalorisante et méprisante à l’égard de la pratique et des performances sportives féminines en général.

Il est à noter que trois sanctions à l’encontre de Radio Mars avaient déjà été prises en 2016, 2017 et 2018 pour “non-respect des dispositions légales et réglementaires relatives à la dignité humaine et à l’honnêteté de l’information et des programmes”.

“Le Conseil Supérieur a pris cette décision suite à une auto-saisine concernant l’édition du 04 juillet 2019 de l’émission «Les Oulamas de Mars» et l’édition du 07 juillet 2019 de l’émission « Kadaya Riyadia Bi Ouyun El Jaliya », et suite à la réception de plus de 100 plaintes de particuliers, au sujet des éditions du 20 et 21 mai 2019 de l’émission «des Oulamas de Mars». En ce qui concerne l’édition du 04 juillet 2019 de cette même émission, la HACA a été destinataire de 20 plaintes de particuliers et d’associations”, conclut le communiqué.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Sécurité routière: le début d’une nouvelle ère au Maroc

Trente personnes ont été tuées et 1615 autres blessées, suite à 1115 accidents de la route dans les villes du royaume au cours de la semaine du 12 au 18 août.