Qui est Jawad Ziyat, le nouveau patron du Raja?

Jawad Ziyat, le nouveau commandant de bord élu à la tête du Raja de Casablanca (section football) jeudi dernier, est un chef d’entreprise cinquantenaire qui a su, correctement, rouler sa bosse dans un autre jeu, celui, impitoyable du monde des affaires, duquel et du reste, il a su, le plus naturellement tirer son épingle sans encombre, aucune.

Singulier le parcours de celui qui a su s’attirer le soutien des sages ou des ‘’éléphants’’ du RCA (pour faire plus joli et reprendre une expression désignant les cadres historiques du PS) Aouzal, Ghenam, Ammor, Hanat et autres sommités respectueuses qui ont fait les beaux jours des Verts.

Jawad Ziyat, est donc, bachelier de l’illustre Lycée Descartes de Rabat (Mission française) avant d’obtenir un Magistère en Physique à l’Université Joseph Fourier à Grenoble en France et de poursuivre d’autres études à l’École supérieure d’électricité, Supélec à Paris dont il a obtenu le diplôme.

Depuis qu’il a quitté la tête de Prestigia, filiale luxury du groupe immobilier Addoha il y a deux ans pour voler de ses propres ailes, Jawad est actuellement à la tête de sa propre société Injaz holding (spécialisée dans le conseil à l’entreprise notamment dans les secteurs de la grande distribution, de l’immobilier, de l’hôtellerie, du tourisme et de l’énergie.

Mais avant cela, il a à son actif d’avoir dirigé, entre autres, la compagnie aérienne ‘’Jet4you et son parcours ne se limite pas qu’à cette seule responsabilité. Là où il a drivé, de la chose de la gestion il en a fait son arme suprême, qu’il maîtrise et manipule à meilleur escient.

Et justement pour le club des Verts, devenu par la force des choses et de l’évolution et du temps, une entreprise, bien plus que le côté sportif, duquel, au demeurant il n’a aucune leçon à recevoir, c’est une crise de gestion dont aura à faire face le nouvel arrivant aux commandes d’un navire en dérive par la faute de ses hommes.

Eh oui, Jawad Ziyet qui ouvrira une nouvelle ère de l’épopée du Raja après celle du Comité provisoire, post Said Hasbane (six mois), a déjà et d’entrée de jeu un gros hic et pas des moindres à résoudre. A part de constituer un nouveau bureau dirigeant, le nouvel homme fort du Raja devra s’atteler, et sans baguette magique, à d’abord gommer une dette exigible de quelque 90 millions de dirhams reçue en héritage. La sortie de crise est envisageable, mais ce n’est pas demain la veille. Elle ne peut être résolue d’un claquement de doigts car nécessitant, hommes du bercail, fidélité et loyauté aux couleurs du club et surtout du temps… beaucoup de temps… ‘’au moins trois saisons’’, dixit Ziyat.

Mohamed Jaouad Kanabi




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page