Mascarade de Radès: la lettre de la fédé tunisienne à la CAF

Quelques heures avant la tenue de la réunion du bureau exécutif de la CAF, la Fédération tunisienne de football (FTF) a adressé ce lundi 3 juin une lettre à l’instance footballistique, prenant la défense de l’Espérance sportive de Tunis (EST).

Dans cette lettre, la FTF rappelle premièrement que la décision de l’arbitre d’arrêter le match a été prise après le refus des joueurs du Wydad de reprendre le jeu. Et d’ajouter que le score du match lors du coup de sifflet final donnait la victoire à l’EST (1-0).

Et ce n’est pas tout. La Fédération tunisienne souligne que les lois en vigueur stipulent que si un club se retire d’un match, il est déclaré perdant.

La FTF ne s’arrête pas là. “Le protocole de la VAR stipule que tout endommagement de cette technique ou sa non-disponibilité, ne peut en aucun cas annuler ou interrompre le match ou encore impacter son résultat. Ledit protocole assure aussi qu’un joueur, un responsable ou un entraîneur ne peut obliger un arbitre principal à recourir à l’arbitrage vidéo”, lit-on.

Enfin, la fédé tunisienne demande à ce que le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, n’use pas de sa fonction de vice-président de la CAF pour assister à la réunion du bureau exécutif, ou pour influencer ses décisions.

Pourtant, les Tunisiens, qui exigent également d’être présents lors de cette réunion, oublient une chose importante. Le Tunisien Tarek Bouchamaoui, siège également au Comité exécutif. Si Lekjaa doit s’abstenir, Bouchamaoui se doit de faire la même chose. Quand le ridicule ne tue pas!

A.K.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Un joueur du Wydad réagit aux propos de Halilhozidc sur les Botolistes (PHOTO)

Le coach bosniaque avait affirmé lundi, lors de la conférence précédant le match Maroc-Gabon, que «si l’on compare entre Achraf Hakimi et ses coéquipiers de la Botola, on croira que le premier joue au football tandis que les seconds pratiquent un autre sport».