Maroc-Espagne: Lekjaa révèle ce qu’il avait dit à l’arbitre (VIDEO)

Invité au Forum de la MAP, le président de la Fédération Royale Marocaine de Football Fouzi Lekjaa a commenté l’élimination de la sélection marocaine de la Coupe du monde 2018 et a profité de l’occasion pour lourdement tacler l’arbitrage et la VAR.

«Je n’ai jamais été de ces gens qui accusent l’arbitrage après une défaite ou une élimination. Aujourd’hui, je l’annonce publiquement: la VAR a pénalisé les Lions de l’Atlas», a-t-il tranché.

Le président a jugé illogique d’utiliser cette nouvelle technologie pour la première fois dans une Coupe du monde, soulignant qu’il a longuement discuté avec le président de la FIFA Gianni Infantino au sujet de ces erreurs monumentales qui ont scellé le sort de la sélection nationale.

«Pour me dire que le système de la VAR était en panne lors du match contre le Portugal, il y a un véritable problème. Quelques jours après, l’arbitre nous pénalise contre l’Espagne en accordant un but non valable à l’adversaire. Et toute cette histoire juste parce que l’Iran avait égalisé à la dernière minute contre le Portugal dans l’autre match du groupe. C’est scandaleux», a-t-il regretté.

Et de se demander comment la FIFA peut-elle mettre un arbitre américain et un autre canadien pour le match contre le Portugal, qui avait eu lieu quelques jours seulement après l’échec du Maroc contre les Nord-Américains dans l’organisation du Mondial 2026. Contre l’Espagne, a-t-il ajouté, un arbitre de l’Ouzbékistan a officié le match. «Je lui ai demandé d’ailleurs le nombre de matchs qu’il a arbitrés dans toute sa vie», a-t-il confié.

A la fin de la rencontre Maroc-Espagne, le président de la FRMF, s’était dirigé vers l’arbitre ouzbek Ravshan Irmatov, pour protester contre l’absence de recours à la VAR au profit de la sélection nationale. Après cela, la FIFA lui avait adressé un avertissement.

Pour Lekjaa, le football est un espace constant «où l’expression du talent et le dosage financier devraient être équilibrés». «Aujourd’hui, je crains que le devenir du football soit manipulé par l’argent, que l’intervention démesurée des droits TV et les sponsors tuent ce jeu. Maintenant, c’est à Infantino de protéger cet équilibre», a-t-il souligné.

N.M.




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page