Le Real Madrid impliqué dans l’affaire de Cristiano Ronaldo ?

Le journal portugais Correio de Manha vient de jeter un pavé dans la mare en révélant une information pour le moins surprenante au sujet de l’Américaine de 34 ans qui accuse Cristiano Ronaldo de l’avoir violée en 2009 à Las Vegas.

Selon le quotidien, le Real Madrid aurait obligé, à l’époque, son joueur, à payer la jeune femme pour garder cette affaire secrète.

Si CR7 avait refusé d’offrir 375.000 dollars à Kathryn Mayorga, clamant incessamment son innocence, il s’est finalement plié à la volonté du club merengue qui cherchait, selon le journal, à garder son image intacte.

Et d’ajouter que les responsables du Real Madrid pourraient également être convoqués par la police de Las Vegas pour être entendus, à l’instar de Cristiano Ronaldo.

Rappelons que Khatryn avait accusé en 2009 le joueur de viol. L’attaquant de la Juventus aurait, selon le mannequin, conclu un accord début 2010 avec elle, achetant son silence au prix de 375.000 dollars. Les deux parties s’étaient également mis d’accord pour que tous les documents liés à cette affaire soient détruits, a précisé la même source.

En 2017, cette histoire a refait surface après la fuite de certains extraits liés à cette affaire, poussant l’agent de CR7 à sortir de son silence. Il n’a pas tardé à publier un communiqué où il a nié en bloc ces accusations qu’il a qualifiées de «répugnantes» et «scandaleuses».

L’avocat de la jeune femme a contesté la validité de l’accord conclu en 2010. Il possèderait, en effet, un document prouvant que la présumée victime avait dit plusieurs fois «non» et «stop» au joueur.

Dans une interview accordée à visage découvert au journal allemand Der Spiegel, elle a raconté sa version des faits qui auraient eu lieu, selon elle, dans la nuit du 12 juin 2009 dans un hôtel à Las Vegas. “A 99%, je suis un mec bien. Je ne sais pas pour le 1% restant”, aurait dit Ronaldo à Kathryn.

N.M.

Suggestions d’articles

Bahreïn: aucune victime marocaine dans l’effondrement d’un immeuble

L’ambassade du Maroc au Bahreïn a assuré qu’aucune victime marocaine n’est à déplorer dans l’effondrement, hier, d’un immeuble à Manama.