Le Real, indestructible (Video)

Un coup franc providentiel de Cristiano Ronaldo et une tête d’Alvaro Morata ont permis à l’équipe de Zinédine Zidane de renverser in extremis le Sporting Lisbonne (2-1) mercredi en Ligue des champions, offrant des débuts inespérés au tenant du titre. Au prix de cinq dernières minutes de folie, la «Maison blanche» a rejeté derrière elle un match fantomatique et finalement battu son redoutable adversaire lisboète, qui menait pourtant depuis un but mérité de Bruno César (48e). La foi de Ronaldo, maladroit puis égalisateur face à son club formateur (89e), a fait la différence, de même que les choix de Zidane, qui a fait rentrer James Rodriguez et Alvaro Morata, le premier centrant pour la tête victorieuse du deuxième (90e+4).

Avec ce succès rocambolesque, le Real réussit ses débuts dans le groupe F de la C1: la «Maison blanche» compte trois points, soit autant que le Borussia Dortmund, présenté comme son principal rival dans la course à la première place du groupe. On a pourtant longtemps cru à une déroute du champion en titre, en vertu de la série noire qui veut qu’un club remportant la C1 ne conserve pas son titre l’année suivante. Impeccable depuis le début de la saison en Liga (3 victoires en 3 journées), ce Real-là a semblé méconnaissable, étouffé par le pressing du Sporting, son bloc et sa capacité à combiner dans les petits espaces. Pour retarder l’échéance, il a notamment fallu la vigilance du défenseur français Raphaël Varane qui s’est interposé de la tête sur une reprise brûlante de William Carvalho (33e).

Mais la sanction a fini par tomber en début de seconde période: s’engouffrant sur la droite de la surface, Bruno César a repiqué dans l’axe et enroulé une frappe rasante hors de portée du gardien Kiko Casilla (48e). Offensivement, le Real a peiné, malgré les retrouvailles du trio offensif «BBC» (Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo), titularisés ensemble pour la première fois depuis la finale de Milan remportée fin mai contre l’Atletico Madrid (1-1, 5 t.a.b. à 3). Karim Benzema, de retour dans le onze titulaire, a connu beaucoup d’imprécisions, notamment dans sa gestion des contre-attaques, et il a cédé sa place après l’heure de jeu, au moment du coaching de Zidane. Dans ce match, on attendait beaucoup de Ronaldo, qui avait prophétisé un «moment particulier» pour ses retrouvailles avec son club formateur.

Le triple Ballon d’Or, très applaudi par les supporteurs lisboètes, a longtemps gâché la plupart de ses munitions, comme cette frappe flottante facilement captée par le gardien (27e) ou ce coup franc très au-dessus (45e). Il a aussi eu une première balle de match qu’il a expédiée sur le poteau (83e). Mais lorsque le stade Bernabeu n’y croyait plus, Ronaldo a provoqué une faute à l’entrée de la surface et n’a laissé à personne d’autre le soin d’expédier le coup franc au fond (89e), pour le 95e but de sa carrière en C1. Le Sporting était à terre et Morata n’a eu qu’à enfoncer le clou dans le temps additionnel (90e+4) sur une offrande de James, revanchard. Bref, voilà «CR7» parfaitement lancé vers la barre des 100 buts en Ligue des champions. Et le Real de Zidane, par la même occasion, a tant bien que mal lancé son opération reconquête. (avec AFP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page