Barça: Griezmann et Dembélé au cœur d’un scandale (PHOTOS-VIDEOS)

Les deux Français du FC Barcelone, Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé se retrouvent au cœur d’un scandale de racisme. Une vidéo, diffusée le week-end dernier et devenue virale, montre Dembélé proférer des propos racistes contre des Japonais, devant un Griezmann hilare.

Les faits remontent à 2019, alors que le Barça était au Japon pour une tournée estivale. Les deux joueurs se trouvent dans une chambre d’hôtel, alors que des techniciens japonais les aident à installer un jeu vidéo, Dembélé se moque de leur langue et de leur apparence. « Toutes ces sales gueules pour jouer à PES mon frère », lance-t-il. Et d’ajouter: « Oh p*****, la langue! Ben alors vous êtes en avance ou vous n’êtes pas en avance dans votre pays? », ce qui provoque les rires de Griezmann.

Une autre vidéo montre le numéro 7 des Bleus imiter la langue japonaise de manière caricaturale. Les deux vidéos ont fait ressurgir le hashtag #StopAsianHate, et ont été sous-titrées et largement relayées au Japon. Devant l’ampleur du scandale, les deux joueurs ont présenté leurs excuses sur les réseaux sociaux. Mais pour le peuple concerné, cela est loin d’être suffisant.

 

« Il se trouve que la scène se passe au Japon, elle aurait pu se dérouler n’importe où sur la planète, j’aurais utilisé les mêmes expressions. Je ne visais donc aucune communauté », a écrit Dembélé. Quant à Griezmann, il s’est défendu à son tour : « Je me suis toujours engagé contre toute forme de discrimination. Depuis quelques jours certaines personnes veulent me faire passer pour l’homme que je ne suis pas. Je réfute avec fermeté les accusations qui me sont portées et je suis désolé si j’ai pu offenser mes amis japonais ».

Des excuses non acceptées au Japon, et jugées pire que l’acte en question dans un pays où s’excuser passe d’abord par reconnaître ses torts. Les joueurs ne reconnaissent pas leur faute et s’excusent « s’ils ont pu offenser », ce qui est loin d’être acceptable dans l’archipel nippon, comme le montrent les réactions des Japonais sur les réseaux sociaux. La polémique est donc loin d’être terminée pour les deux Français.

La diffusion de ces vidéos en cette période a suscité par ailleurs des questionnements. La première vidéo par exemple était censée être privée, mais elle a pourtant fuité sur les réseaux sociaux. Le site Kooora suppose que c’est la direction du Barça qui l’aurait fait fuiter, pour avoir ainsi un alibi pour mettre les deux joueurs indésirables sur le départ. D’autant plus que le principal sponsor du club, Rakuten, est une société japonaise. Griezmann parle par ailleurs de « certaines personnes (qui) veulent me faire passer pour l’homme que je ne suis pas ». Affaire à suivre.

M.F.

 


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page