Voici pourquoi Amzazi a annulé une réunion avec les syndicats

Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, département de l’Education nationale, a annoncé avoir suspendu la réunion prévue ce mardi 23 avril avec les syndicats de l’enseignement les plus représentatifs et les représentants des enseignants-cadres des Académies régionales de l’Education et de la Formation (AREF).

Cette décision intervient suite au non-respect par certains cadres des AREF des engagements pris par leurs représentants lors de la réunion du samedi 13 avril, à laquelle ont pris part le président de la commission régionale du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et le président de l’Observatoire national du système de l’Education et de la formation (ONEF) ainsi que les secrétaires généraux des syndicats de l’enseignement les plus représentatifs et les représentants des enseignants-cadres des Académies, visant à reprendre les cours le lundi 15 avril, indique un communiqué du ministère.

Contrairement à ce qui a été véhiculé, le ministère affirme avoir honoré ses engagements visant à suspendre toutes les procédures administratives et juridiques prises à l’encontre de certains enseignants des académies, à verser les salaires gelés, à réexaminer la situation des enseignants suspendus et à reporter l’examen de qualification professionnelle à une date ultérieure afin de permettre aux enseignants-cadres des AREF de bien s’y préparer, souligne la même source.

Le département relève également qu’il ne peut en aucun cas poursuivre le dialogue en l’absence des conditions requises pour mener des négociations sérieuses et responsables, exprimant sa détermination à poursuivre le dialogue une fois que ces enseignants-cadres aient repris leur travail.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

La famille royale célèbre un bel événement lundi prochain

Chaque année, le 26 août est une date importante qui marque le combat sans relâche mené par la princesse en faveur de la préservation des droits des femmes et la préservation de l’intégrité physique, morale et spirituelle des enfants en situation difficile.