Voici les CV des nouveaux ministres nommés au Maroc

Le roi Mohammed VI a reçu mercredi 9 octobre 2019, au Palais Royal de Rabat, le Chef du gouvernement et les membres du gouvernement dans sa nouvelle mouture après restructuration de l’architecture gouvernementale. 

Première nouveauté, et pas des moindres, seulement 24 ministres, si l’on compte le chef du gouvernement, font partie de la nouvelle mouture gouvernementale. Parmi eux, six nouveaux venus. Il s’agit de Khalid Aït Taleb, désormais ex-directeur du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Hassan II de Fès, nommé ministre de la Santé. Nezha Bouchareb, une jeune militante, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville. Nadia Fettah Alaoui, une professionnelle de la finance, au ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale. Mohamed Amkraz, un jeune avocat, ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle. El Hassan Abyaba, un militant de l’UC, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, porte-parole du gouvernement. Enfin, Driss Ouaouicha, président de l’université Al Akhawayn depuis 2008, ministre délégué auprès du ministre de l’Éducation nationale. Portraits.

Hassan Abyaba, une lourde tâche et plusieurs fonctions

Il était difficile de prédire que Hassan Abyaba, allait devenir ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, et également porte-parole du gouvernement. Âgé de 57 ans, Hassan Abyaba a du pain sur la planche et aura la lourde tâche de redorer le blason de la com’ du gouvernement. Il faut dire que son prédécesseur, Mustapha El Khalfi, n’était plus en odeur de sainteté depuis un bon bout de temps. Enseignant à l’Université, ce Doctorant en Géopolitique et Ressources humaines aura également trois autres missions, et non des moindres: la Culture, la Jeunesse et le Sport. Hassan Abyaba a rejoint l’Union Constitutionnelle (UC) en 1989 où il a occupé plusieurs postes à responsabilité. Le 15 avril 2018, il a été élu président de l’Union libérale arabe en Jordanie.

Khalid Ait Taleb, un chirurgien à la Santé

Khalid Ait Taleb est le nouveau ministre de la Santé. Son cv prouve qu’il connait bien le secteur qui lui a été affecté. Directeur du CHU Hassan II de Fès depuis une dizaine d’année, Khalid Ait Taleb est issu de la Fac de médecine de Rabat.
Ce technocrate âgé de 55 ans est chirurgien de profession. En 2016, il avait été élu président de l’Alliance des CHU du Maroc. C’est donc un ministre qui connait bien le secteur de la Santé qui a été nommé par le roi.
Nadia Fettah Alaoui, une bonne idée pour booster le Tourisme
Le gouvernement El Othmani II a été nommé mercredi par le roi Mohammed VI. Si plusieurs ministres ont été reconduits à leurs postes, de nouveaux arrivants ont hérité de portefeuilles stratégiques. C’est le cas de Nadia Fettah Alaoui, la nouvelle ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale.

Connue et réputée pour son sérieux dans le milieu des affaires, celle qui semble avoir volé la vedette aux autres ministres, occupait le poste de Directrice générale de Saham Finances, pôle assurance du Groupe depuis 2017.

Elle fait ses débuts comme consultante à Arthur Andersen après des études à HEC Paris. En 2000, elle lance Maroc Invest Finances Group, avant de plonger dans le monde des assurances en intégrant Saham en 2010. 

Nadia Fettah Alaoui, qui représente le RNI, est Fondatrice et Administratrice du Club des Femmes Administrateurs au Maroc et membre du réseau international “Women Corporate Directors”. Le prix du CEO of the year à l’Africa CEO Forum 2018 d’Abidjan lui avait été décerné.

Mohamed Amkraz: un proche de Benkirane à l’Emploi

Mohamed Amkraz est le nouveau ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle. Jeune avocat au barreau d’Agadir, il a été nommé mercredi par le roi à Rabat.

Le président de la Jeunesse du PJD qui remplace Mohamed Yatim est âgé de 34 ans. C’était l’un des fervents défenseurs de Abdelilah Benkirane, lorsque ce dernier voulait briguer un troisième mandat au PJD. Il est connu pour être proche de l’ex-chef de gouvernement.

Il a été à la Chambre des représentants de 2011 à 2016 et préside la Jeunesse du PJD depuis février 2018. Amkraz a été conseiller communal à Agadir et président du groupe des conseillers du PJD dans la région du Souss Massa Drâa.
Amkraz n’est autre que l’avocat qui avait défendu les jeunes PJDistes condamnés pour apologie du terrorisme après l’assassinat de l’ambassadeur russe à Ankara. C’est également lui qui a ouvertement critiqué le président du RNI Aziz Akhannouch sur sa vision d’avenir ou sur le dossier des hydrocarbures. De quoi provoquer des remous au sein du nouveau gouvernement?
Driss Ouaouicha: un fin connaisseur de l’Enseignement 
Driss Ouaouicha est le nouveau ministre délégué en charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Président de l’Université Al Akhawayn d’Ifrane depuis 2008, ce technocrate est titulaire d’un doctorat en linguistique et en éducation de l’Université du Texas à Austin, un master en linguistique appliquée et Enseignement des langues de l’Université du Pays de Galles et d’une licence en langue et littérature anglaises de l’Université Mohammed V.

De 1988 à 1999, Ouaouicha était doyen de la faculté des Sciences humaines à l’université de Meknès. Cet ancien secrétaire du Forum universitaire permanent EuroMed est également secrétaire général de la Moroccan British Society. En 2011, le nouveau ministre a été nommé membre du Conseil économique et social par le roi Mohammed VI.

Nouzha Bouchareb, une militante à l’Habitat

Nouzha Bouchareb a été nommée ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, succédant à Abdelahad El Fassi Fihri. D’origine tangéroise, elle est lauréate de l’école Mohammadia ingénieurs, spécialité Environnement et développement territorial. Nouzha Bouchareb est également diplômée de l’ISCAE. Membre du bureau politique du Mouvement populaire, la nouvelle ministre, connue pour son engagement pour les droits des Femmes, est à la tête de l’organisation de la femme au sein du MP.

Nouzha Bouchareb est d’ailleurs présidente du Connecting Group International. Créé au Maroc en février 2011, il s’agit d’un réseau de femmes ouvert à toutes les compétences féminines qui croient au respect des valeurs des droits humains, de la liberté, de la démocratie, de l’équité sociale, du développement durable et de l’égalité des chances.

Hicham Bennani et Noura Mounib

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Les rumeurs sur l’état de santé d’Abdelwahab Doukkali inquiètent la Toile

Depuis quelques jours, plusieurs rumeurs ont circulé selon lesquelles le chanteur marocain Abdelwahab Doukkali aurait un problème de santé et serait alité.