Vive polémique entre l’USFP et le PPS

Tout a commencé lorsque Driss Lachgar, le premier secrétaire de l’USFP, s’est attaqué de front à Nabil Benabdallah, le S.G du PPS, lors de l’émission Saif Al Aoula (L’invité de la première), diffusée en direct mardi soir.

Lachgar n’a pas mâché ses mots en qualifiant Benabdallah de « second chef de gouvernement désigné qui n’hésite pas à négocier, en cette qualité avec les autres partis ». Et d’ajouter qu’il ne comprenait pas pourquoi Benkirane a débuté ses consultations avec un parti (PPS) qui n’a même pas de groupe parlementaire et délaissé d’autres formations beaucoup plus solides.

Des propos suffisants pour décréter la mobilisation générale au sein du PPS, dont le bureau politique s’est réuni mercredi et publié un communiqué incendiaire fustigeant « l’approche irresponsable » du dirigeant socialiste.

De source proche du PPS, on indique que Nabil Benabdallah ne voulait même pas réagir à « la médiocrité », mais d’autres dirigeants ont considéré que Driss Lachgar s’était attaqué au parti en entier et par conséquent, il était nécessaire de mettre les pendules à l’heure avec lui.

Et ce n’est pas tout. Dans un message posté sur Facebook, un proche de Nabil Benabdallah a révélé quelques facettes du processus des négociations, indiquant que Driss Lachgar s’était déplacé à trois reprises au domicile de Nabil Benabdallah, pour que ce dernier lui serve d’intermédiaire auprès de Benkirane dans la perspective de l’entrée de son parti au gouvernement. « Alors, Nabil Benabdallah était une personnalité crédible et digne de confiance quand vous le suppliez de vous soutenir auprès du chef de gouvernement, et à présent, il n’est plus fiable », s’adresse directement ce militant du PPS au premier secrétaire de l’USFP, sur un ton ironique.

T.J.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page