Verdicts du Hirak: El Othmani interpellé par les siens

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est prononcé, sous l’Hémicycle, sur le dossier du Hirak du Rif et sur les 300 ans de prison prononcées par la Cour d’appel de Casablanca à l’encontre de Zefzafi et de ses compagnons, activistes détenus.

Dans son intervention, en présence du chef de gouvernement Saâdeddine El Othmani, et néanmoins secrétaire général du PJD, le chef du groupe parlementaire du parti islamiste a affirmé: « Les lourdes sentences écopées par les détenus du Rif nous ont choqués! ».

Driss El Azami El Idrissi a aussi ajouté: « Notre pays a fait d’énormes progrès sur la voie de la démocratie. Ce qui est un principe et la finalité de toute action durable, comme l’a affirmé Sa Majesté le Roi ».

De même que le chef du groupe parlementaire du parti de la Lampe a demandé que l’approche sécuritaire, dont a recours le gouvernement pour appréhender les mouvements protestataires, doit être dépassée, »quels que soient ses résultats ».

El Azami a tenu à affirmer que « la confiance que nous avons en nos institutions, en l’indépendance de la justice (…), ainsi que notre soutien aux forces de l’ordre, ne sauraient nous faire oublier le choc ressenti par notre société du fait des verdicts prononcés à l’encontre des détenus du Rif ». Et de rappeler que ces sentences ont fait suite au « martyre de Mouhcine Fikri, des manifestations protestataires et des interpellations ».

Le dirigeant PJDiste a conclu son intervention en appelant à la réconciliation, assurant le soutien de son parti à toutes initiatives susceptibles de trouver une issue à ce dossier selon une approche adaptée, « afin que revienne la confiance en les institutions ».

L.A.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page