Vaccins anti-Covid-19: un député FGD désavoue Nabila Mounib

Le député de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), Omar El Hyani, s’est désolidarisé de la secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), Nabila Mounib, concernant sa position sur les vaccins contre le Covid-19.

« Les déclarations de Mounib ne me représentent pas et ne représentent pas plusieurs membres du parti, qui préfèrent faire valoir la raison et la science sur la théorie du complot », a écrit El Hyani sur sa page Facebook.

Il a également souligné que « ce genre de propos venant d’une dirigeante politique pourrait dissuader plusieurs personnes de faire le vaccin ».

La SG du PSU en a étonné plus d’un quand elle a affirmé, à au moins trois reprises, que le Covid-19 était une « invention humaine » et que les vaccins allaient être utilisés « pour crétiniser les gens ».

« Nous nous considérons comme des personnes rationnelles qui luttent contre les mythes et les théories du complot qu’aucune preuve scientifique ne corrobore », soutient El Hyani, en voulant pour preuve les grandes revues scientifiques de biologie qui considèrent que le virus du Covid-19 ne peut être une création de l’Homme.

Poursuivant son argumentation, le député rappelle que la vaccination a permis de sauver des millions de vie face à des maladies qui étaient, jusqu’à un passé récent, des maladies mortelles.

Omar Balafrej, l’autre député de la FDG, était également monté au créneau en mars dernier pour désapprouver les déclarations de Nabila Mounib, en adressant une question écrite au chef de gouvernement, Saad-Eddine El Othmani afin de souligner «la nécessité d’encourager la pensée rationnelle et de combattre les théories du complot». La question visait clairement Mounib. Cette dernière ayant qualifié d' »insolente » la question de son collègue de parti.

S.H.

Articles similaires

Suggestions d’articles

UE: « Trois ou quatre » vaccins disponibles dans les quelques mois à venir

Le président du Conseil européen Charles Michel a assuré, mercredi, que "trois ou quatre" vaccins contre le nouveau coronavirus devraient être progressivement disponibles dans l’Union européenne à partir de la fin de l'année en cours et le début de l'année prochaine.