Un salafiste au PJD: “Vous avez trahi la langue arabe !”

Enfin! Le projet de la loi-cadre relatif à la réforme du système de l’éducation, de la formation des cadres et de la recherche scientifique a été adopté par la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication. Et ce, par un vote à la majorité des voix au sein de la Chambre des représentants, ce mardi.

Mais une voix discordante s’est fait entendre concernant ce vote. Celle de Hassan El Kettani qui y trouve à redire. Plus grave que cela, le salafiste polémique qualifie l’adoption dudit projet de “honte, déshonneur et abjection!”.

Rien que cela? Nenni! El Kettani, via sa page officielle Facebook, s’en prend violemment au Parti de la Justice et du Développement. “Ce qu’ont perpétré les députés PJDistes de honteux, aujourd’hui, restera une marque de vilenie dans leur Histoire car il ont trahi la langue arabe de manière des plus abaissantes”, accuse-t-il.

Concernant le vote en lui-même, et d’après les données que détient Le Site info, deux députés PJDistes n’ont pas respecté la consigne d’abstention préconisée par leur parti. Il s’agit d’Abouzaid El Mokrie El Idrissi et de Mohamed Othmani, qui ont préféré voter contre l’article 2 du projet de loi-cadre de l’enseignement. Ledit article définit la notion d’alternance linguistique, concernant l’enseignement de certaines disciplines scientifiques.

Comme signalé précédemment par Le Site info, la réunion des chefs des groupes parlementaires avait échoué à trouver un consensus à propos du projet de loi-cadre n° 51-17, relatif à la réforme du système d’enseignement marocain.

C’est pour cela qu’il a été décidé de voter pour chaque article à part, au sein de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Un journaliste égyptien commente le discours Royal

Le discours Royal à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple reflète le souci du roi Mohammed VI de garantir un avenir prometteur, a indiqué le journaliste égyptien, Soulaymane Jouda.