Un politologue analyse les 20 ans de règne du roi Mohammed VI

En vingt ans de règne du roi Mohammed VI, le bilan est « incontestablement positif » avec un Maroc qui s’est radicalement métamorphosé sur le plan économique et social et qui a consolidé son leadership dans le concert des Nations, affirme le politologue Mustapha Tossa.

«Alors que les Marocains s’apprêtent à souffler la vingtième bougie de l’accession de SM le Roi Mohammed VI au trône, anniversaire ô combien symbolique, beaucoup a déjà été écrit sur le bilan incontestablement positif de ces années de règne. La physionomie du pays s’est radicalement métamorphosée. Une dynamique sociale et économique a pu libérer les énergies pour les rendre plus créatives. Le leadership marocain dans le concert des nations a été consolidé. Et parce que le Maroc participe activement et positivement à la grande conversation internationale, son étoile brille de mille feux », souligne Mustapha Tossa dans une tribune publiée sur le site Atlas Info.

C’est ainsi que « le Maroc est devenu cette puissance régionale incontournable dans le dialogue stratégique entre deux continents aux ambitions planétaires que sont l’Europe et l’Afrique », relève le politologue.

Cette « légendaire exception marocaine » tient principalement à « la qualité de la relation qu’entretient SM le Roi Mohammed VI avec le peuple marocain avec ses différentes strates », remarque M. Tossa, ajoutant que depuis son accession au Trône, le Souverain a « spontanément incarné l’espoir de tout le peuple marocain d’évoluer vers une société démocratique, ouverte et tolérante, mais aussi dynamique dans son désir de vouloir se reformer et vivre avec son temps ».

« Le second élément qui éclaire d’un nouveau jour cette exception marocaine est cette décision stratégique d’ouvrir le jeu politique pour permettre une vraie logique de participation à la gestion des affaires publiques », observe le politologue, ajoutant que « le principal chantier auquel le Souverain s’est attelé depuis son accession au trône est de construire un édifice démocratique : avec un parlement, le reflet de la volonté populaire, qui fonctionne, des partis représentatifs de la société marocaine qui jouent leurs partitions et un gouvernement qui gouverne ».

«Sous la houlette de SM le Roi Mohammed VI, Commandeur des Croyants , le Maroc a intelligemment su éviter les grands orages politiques qui ont dangereusement et parfois mortellement perturbé des pays (…) ce qui lui vaut une distinction internationale inédite. Le Maroc est souvent cité comme l’exemple à suivre pour les transitions douces en terre africaine et musulmane », affirme Mustapha Tossa.

Ce Maroc nouveau, les Marocains le doivent aux chantiers stratégiques lancés par SM le Roi Mohammed VI, dans le domaine social, économique et celui des Droits de l’Homme, souligne-t-il encore.

Sur le plan religieux, observe le politologue, le Maroc a brillé par le discours de modération dont il est devenu en Europe comme en Afrique le porte emblème. « Incarnant dans l’ADN de son régime politique un islam de la modération et du juste milieu, le Maroc, porté par la commanderie des croyants est devenu une grande fabrique des stratégies de lutte contre les discours radicaux, avec un savoir-faire, une expertise reconnus internationalement. Le tout nourri par une incontestable légitimité religieuse qu’incarne le Roi du Maroc », souligne l’auteur de la tribune.

Parallèlement à une maîtrise du discours religieux et des mécanismes de sa fabrique et de sa diffusion, « le Maroc de Mohammed VI a brillé aussi dans un domaine devenu le grand cauchemar sécuritaire de l’ensemble de la planète: la lutte contre le terrorisme », indique Mustapha Tossa soulignant qu’avec « une expertise incontestable, une originalité à toute épreuve, les services de sécurité marocains ont montré un savoir-faire qui a su éviter au monde de monstrueux drames et déjouer des attentats meurtriers ».

Et de conclure qu’aujourd’hui, au fil des années et des projets politiques et économiques qui façonnent le nouveau Maroc, « SM le Roi Mohammed VI a réussi à établir avec les Marocains un lien d’une extrême puissance basé sur l’adhésion à ses projets et le respect pour sa personne », ajoutant qu’en vingt ans de règne, “le Maroc est devenu un pays où il fait bon vivre, où il est opportun d’investir et de lancer des affaires”. Bref, “un îlot de stabilité”.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le prince Moulay El Hassan reçoit les enfants d’Al Qods (VIDEO)

Sur ordre du roi Mohammed VI, le prince héritier Moulay El Hassan a reçu, jeudi au Palais des hôtes à Rabat, les enfants d'Al Qods participant à la 12è édition des colonies de vacances.