Takfiristes vs CNDH: El Yazami dénonce le silence du gouvernement

El YazamiLematin ©DR
Le président du Conseil National des Droits de l’Homme, Driss El Yazami, condamne les attaques dont font l’objet le CNDH et ses membres de la part de personnes aux orientations islamistes extrémistes et de cheikhs takfiristes.
S’exprimant vendredi 25 mars dernier à l’occasion d’une conférence-débat organisée à Rabat par le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et  le Forum égalité et parité sur le thème «Les droits humains des femmes entre l’action gouvernementale et la production législative», El Yazami a souligné que “chaque fois que le CNDH exprime une position, certains commencent par nous bombarder et nous inonder d’accusations, n’hésitant pas à nous accuser d’être au service d’un agenda étranger”, rapporte le quotidien Akher Saa.
Le président du CNDH a qualifié ces accusations de dangereuses et graves parce qu’elles dépassent l’entendement et le principe de la critique pour verser dans le takfirisme ou l’apostasie et la traitrise sans que le gouvernement ne prenne et n’assume ses responsabilités pour entamer une procédure judiciaire contre  leurs auteurs.
El Yazami s’est indigné du nombre de fatwas takfiristes qui circulent sur la toile et les réseaux sociaux contre le CNDH qui n’a pas été épargné non plus par le parti au pouvoir, le PJD, transformé en adversaire.
Selon Akher Saa, dès le jour de l’installation du CNDH, la direction du PJD a protesté et dénoncé l’absence en son sein de membres représentant le courant islamiste, estimant qu’une telle absence ne reflète pas la réalité. 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Balafrej au PJD: “Je ne suis ni un fils à papa, ni un ould lafchouch!”

Omar Balafrej a commenté les propos d'une parlementaire du parti islamiste l'ayant qualifié de "oulde lafchouch".