Sahara: un géopolitologue français réagit à la décision espagnole en faveur du Maroc

Le soutien par le gouvernement espagnol de l’initiative d’autonomie du Sahara marocain comme « la base la plus sérieuse, réaliste et crédible » pour la résolution du différend au sujet du Sahara marocain, est le fruit de la politique sage et à la fois ferme du roi Mohammed VI, affirme le géopolitologue français, Aymeric Chauprade.

Le Souverain “a toujours été d’une fermeté sans faille s’agissant de l’intégrité territoriale du Maroc et donc de sa souveraineté sur le Sahara marocain. Cette ligne claire paie aujourd’hui”, affirme-t-il dans une déclaration à l’agence MAP.

“L’Espagne considère donc désormais que l’autonomie dans la souveraineté est la meilleure solution pour en finir avec le différend autour du Sahara marocain. C’en est fini de cette non position qui consistait (…) à s’abriter derrière une solution politique dans le cadre des Nations unies tout en maintenant de manière cachée des relations avec le polisario”, relève-t-il.

L’Espagne rejoint ainsi la France et l’Allemagne qui ont publiquement affirmé leur soutien au plan d’autonomie proposé par le Maroc, rappelle le géopolitologue, qualifiant la nouvelle position espagnole de “retournement spectaculaire de l’Histoire après l’erreur que l’Espagne avait commise dans le dos du Maroc en cachant un criminel du polisario”.

A ses yeux, ce changement de position constitue également une “grande victoire, à la fois pour SM le Roi Mohammed VI et la diplomatie marocaine et pour la raison et la sagesse”, note-t-il, faisant observer ainsi que l’Espagne renonce à ce qui pouvait apparaître comme une position du passé, découlant de l’ancienne domination espagnole sur cette région, au profit d’une relation constructive avec son voisin marocain dans laquelle les deux pays riverains ont tout à gagner.

Et de poursuivre que l’Espagne et le Maroc ont tellement à bâtir ensemble en termes de sécurité régionale, de flux migratoires, de sécurité énergétique, maritime etc…

Le géopolitologue français rappelle en ce sens la reconnaissance par les États-Unis d’Amérique de la marocanité du Sahara, estimant qu’elle montre le chemin que doit emprunter l’Europe.

“La France, l’Allemagne, et maintenant l’Espagne soutiennent le plan marocain de l’autonomie dans la souveraineté. Autrement dit deux partenaires historiques et économiques européens importants du Maroc et un pays essentiel dans l’UE (l’Allemagne). Comment les autres membres de l’UE ne pourraient pas suivre ?”, s’interroge Aymeric Chauprade.

Rappelant à cet égard son ouvrage paru en 2019 « Géopolitique d’un Roi, essai sur un Maroc moderne et multipolaire » dans lequel il insiste sur ce déploiement multipolaire du Royaume, un pays qui certes maintient et consolide des relations fortes avec le monde occidental (Europe et États-Unis), mais a su se diversifier et se déployer aussi vers l’Asie, l’Afrique, l’Amérique Latine, le géopolitologue, souligne que cette “politique multipolaire est récompensée aujourd’hui au cœur même de l’Union européenne”.

De plus en plus de pays européens savent que le Maroc est un acteur émergent sur la scène internationale, une puissance de médiation. Pourquoi dès lors continuer à tourmenter cette puissance en entretenant un conflit artificiel en son Sud ?, se demande-t-il.

IT


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page