Sahara marocain: un soutien important tourne le dos au polisario

Revirement spectaculaire de la position de Ricardo Sanchez Serra concernant le conflit autour du Sahara marocain! En effet, le président fondateur du Conseil péruvien d’amitié avec la “RASD”, lui-même, a décidé de tourner le dos à ses protégés d’hier.

L’ex-allié des séparatistes du Front Polisario privilégie maintenant le statut d’autonomie comme solution politique pour en finir avec ce conflit qui dure depuis des décennies. A rappeler que cette initiative marocaine a de plus en plus la faveur de l’opinion internationale, même chez les plus farouches défenseurs de la thèse des séparatistes, dont de nombreux Péruviens.

Et c’est via le site d’information Peruinforma que Rodrigo Sanchez Serra demande au Polisario de saisir l’occasion historique, offerte par le Royaume du Maroc, sous l’égide des Nations Unies et avec des garanties internationales. Et de préciser que cette option est aussi celle de nombreux membres du Front Polisario dont certains avaient même annoncé publiquement leur dissidence.

S’étant engagé pendant plus d’une décennie du côté du Polisario, l’analyste politique estime que son statut de président fondateur du Conseil péruvien d’amitié avec la “RASD” lui confère “l’autorité morale, le droit et de le devoir d’être sincère” avec ses amis du Front.

Rodrigo Sanchez Serra a également rappelé l’inapplicabilité du référendum, pour des raisons aussi bien techniques que politiques, ayant poussé l’ONU à préconiser, en 2004 déjà, une solution négociée audit conflit. Pour cette raison, la thèse indépendantiste du Polisario est rendue un objectif illusoire par “la réalité internationale”, soutient-il.

Le plan d’autonomie proposé par le Maroc étant “sérieux, crédible et réaliste”, le Péruvien appelle les séparatistes à y adhérer afin d’assurer “l’avenir et le bien-être de la population sahraouie”.

L.A.

Découvrez les nouvelles offres Addoha Ramadan 2019

Suggestions d’articles

Sahara: le Conseil de sécurité brise les espoirs du polisario

La dernière résolution du Conseil de sécurité de l'ONU au sujet du Sahara marocain a confirmé, si besoin est encore, que les notions de "l’indépendance" ou du "référendum d’autodétermination" ne sont "plus envisageables".