Sahara: la situation à Tindouf inquiète le Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité de l’ONU a salué, ce mardi, le rôle des Commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) à Dakhla et Laâyoune, et l’interaction du Maroc avec les Procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies.

Dans sa résolution 2468 prorogeant de six mois le mandat de la MINURSO jusqu’au 31 octobre 2019, adoptée à une large majorité, le Conseil de sécurité “salue les mesures et les initiatives prises par le Maroc, et le rôle joué par les Commissions du Conseil National des Droits de l’Homme opérant à Dakhla et Laâyoune, ainsi que l’interaction du Maroc avec les Procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies”.

Le Conseil de sécurité fait, par ailleurs, état de sa “profonde inquiétude” vis-à-vis des “souffrances continues” des populations des camps de Tindouf, en Algérie, ainsi que “leur dépendance de l’aide humanitaire extérieure”.

La résolution a ainsi réitéré la demande du Conseil de sécurité quant à l’enregistrement et au recensement des populations des camps de Tindouf, en insistant pour que des “efforts soient réalisés dans ce sens”.

L’instance exécutive de l’ONU a également insisté sur l’importance de l’engagement afin de continuer le processus des négociations sur le Sahara marocain sous l’égide des Nations-Unies.

Ces négociations, souligne la résolution, doivent se faire “sous les auspices du Secrétaire général, sans conditions préalables et de bonne foi, en tenant compte des efforts faits depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable” de la question du Sahara.

La résolution appelle également à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue dans le but de faire avancer les négociations, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007 et le succès des négociations.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

L’ancien ministre Badreddine Senoussi est décédé

L’ancien ministre et ex-ambassadeur Badreddine Senoussi est décédé jeudi à l’âge de 86 ans, apprend-on auprès de sa famille.