Sahara: la démission de Köhler inquiète le polisario

Horst Köhler a démissionné de son poste, mercredi dernier. Cette décision de l’émissaire de l’ONU n’a pas manqué de faire réagir les séparatistes du Polisario et de susciter leurs inquiétudes.

Aussi, le dirigeants du Front fantoche ont-ils lancé un appel au secrétaire général des Nations Unies afin qu’il désigne rapidement un successeur “ayant les mêmes convictions”.

De même que le Polisario dit regretter la décision prise par Köhler “qui avait fourni de grands efforts pendant sa mission, à la recherche d’une solution juste et équitable”. Dans leur communiqué, les dirigeants séparatistes ont également félicité le désormais ex-émissaire onusien, lui “souhaitant  santé, bonheur et plein succès dans tout ce qu’il entreprendra à l’avenir”.

De son côté, le Royaume a tenu à exprimer son grand regret concernant cette démission surprise. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale félicite vivement Horst Köhler, qui n’avait de cesse de déployer de louables efforts, depuis sa désignation comme émissaire onusien, en août 2017. Son sérieux manifeste et son professionnalisme avéré, dans l’accomplissement de sa mission, ont été aussi mis en exergue par le Maroc.

Le communiqué tient également à réitérer le soutien du Royaume au secrétaire général de l’ONU dans sa mission de la recherche  d’une résolution du conflit régional  autour du Sahara marocain. Le ministère des Affaires étrangères  rappelle que cette résolution ne peut être qu’une solution juste et équitable. Elle doit être “pragmatique et définitive, reposant sur un compromis et ce, dans le cadre de l’initiative pour un statut d’autonomie” des provinces du sud du Maroc.

A rappeler que l’Organisation des Nations Unies avait annoncé la démission de l’Allemand Hors Köhler, envoyé spécial pour le Sahara, invoquant “des raisons de santé” .

L.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Maroc va recevoir une nouvelle aide financière de l’Espagne

Le gouvernement espagnol en fonction, réuni ce vendredi en Conseil des ministres, a approuvé l'octroi d'un montant de 32,2 millions d'euros pour aider le Maroc dans ses efforts visant à contrôler l'immigration irrégulière.