Sahara: ce qu’il faut retenir de la table ronde à Genève

La deuxième journée de la table ronde au sujet du différend régional sur le Sahara marocain s’est achevée ce jeudi, au Palais des Nations à Genève, avec la participation d’une délégation marocaine conduite par Nasser Bourita.

Une source diplomatique nous confie que les discussions se sont déroulées dans une ambiance sereine et positive, marquée par la participation active de toutes les parties. Le premier paragraphe du communiqué de l’ONU précise et clarifie définitivement le cadre de la tenue de la table ronde qui est celui tracé par la résolution 2440 qui souligne d’une part qu’il convient de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis, et rappelle d’autre part la volonté de l’ONU de relancer le processus sur la base de la participation effective et sans distinction de statut, du Maroc, de l’Algérie, du polisario et de la Mauritanie, tout au long de la durée du processus.

L’Envoyé Personnel a indiqué que les discussions ont permis de donner des éclairages sur les thématiques à l’ordre du jour, notamment sur les questions liées à l’autodétermination et à l’intégration régionale. Aucun engagement n’à été pris, hormis l’appel à la tenue d’une seconde table ronde, courant premier trimestre de 2019, selon le même format et avec la participation de toutes les parties, le Maroc, l’Algérie, le polisario et la Mauritanie et pendant tout le processus.

Notre source ajoute que la table ronde a permis une participation active des élus des provinces du sud sur toutes les questions programmées, ce qui constitue une consécration irréversible de leur légitimité démocratique. L’Envoyé personnel a salué la participation active de tous les participants, sans distinction, “ce qui confirme l’enterrement définitif de tous les plans précédents proposés par l’ONU”.

“La tenue de cette table ronde marque bel et bien la relance du processus onusien pour parvenir à une solution politique pragmatique, durable et réaliste”, estime notre source.

S.L.

Suggestions d’articles

Le gouvernement refuse de fermer les centres de “roqya” au Maroc

Le gouvernement a refusé de fermer les centre de «roqya» appartenant, pour la plupart, à des charlatans se faisant passer pour des exorcistes au Maroc.