Rabat: Hassan Madih, Jamal Mandri, Mohamed Darif, Miloud Moussaoui…devant la CSMD

La Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD) a poursuivi, samedi à Rabat, ses séances d’écoute des partis politiques et des syndicats par une réunion avec les représentants de sept partis politiques sans représentation parlementaire qui ont livré leurs visions du nouveau modèle de développement.

Il s’agit du Parti de centre social, représenté par son secrétaire général Hassan Madih, le Parti Union marocaine pour la démocratie, représenté par son SG Jamal Mandri, le Parti de la Liberté et de la Justice sociale, représenté par son SG Miloud Moussaoui, le Parti Al Amal représenté par son SG Mohamed Bani, le Parti des Néo-démocrates, représenté par son président Mohamed Darif, le Parti de l’Action, représenté par son SG Mohamed Drissi, et le Parti Annahda, représenté par son SG Said El Ghnioui.

Ces partis insistent, pour l’élaboration du nouveau modèle de développement, sur l’importance de l’amélioration des conditions sociales et la mise en oeuvre de la régionalisation, tout en accordant un intérêt particulier à la réalisation de la justice sociale et le renforcement du rôle des régions dans la dynamique de développement.

Pour le parti Ennahda, le nouveau modèle de développement devrait relever le pari de la régionalisation avancée, rationaliser les ressources financières nationales, instaurer la justice fiscale, honorer la culture et prêter attention au patrimoine national et à l’histoire de la nation, alors que le Parti de la Liberté et de la Justice sociale souligne notamment l’importance de dynamiser certains secteurs socio-économiques et politiques afin d’assurer la paix sociale, consacrer le nouveau concept d’autorité et mettre à niveau la structure de la société marocaine.

Le Parti de l’Action lui met en exergue le droit aux connaissances et au savoir comme prélude au développement, appelant à faire de l’enseignement une priorité et à créer un fonds de soutien scolaire, sans pour autant négliger l’importance du secteur des sports et de l’initiative individuelle, tandis que le Parti de centre social relève l’importance d’un suivi de la réalisation du nouveau projet de développement et la mise en oeuvre d’un mécanisme de contrôle à cet égard, appelant à tenir compte de la valeur de l’élément humain dans la dynamique de développement ainsi que de l’utilité de créer des zones industrielles mises à la disposition des entrepreneurs.

De son côté, le Parti des Néo-démocrate souligne que les fondements du nouveau modèle de développement concernent principalement la connaissance, indiquant que la commission Spéciale sur le Modèle de Développement doit trouver un mécanisme pour garantir une base de données à jour afin d’établir une perception claire, tout en insistant sur la nécessité d’accorder de l’importance au volet culturel qui nécessite que le nouveau modèle de développement préserve l’identité des Marocains conformément aux dispositions de la Constitution.

Dans la même veine, le Parti Union marocaine pour la démocratie met l’accent sur la nécessité de réaliser la justice sociale et d’instaurer le concept de la région, qui doit constituer un acteur principal dans la mise en oeuvre de la politique publique, alors que le Parti Al Amal plaide notamment en faveur d’un nouveau modèle de développement qui est basé sur la régionalisation et l’amélioration des conditions sociales du citoyen, un modèle prêtant plus d’intérêt à la classe moyenne et à l’emploi.

Vendredi, la CSMD s’est réunie avec les représentants de la Fédération des chambres des pêches maritimes (FCPM), la Fédération des chambres d’agriculture au Maroc (FECAM), l’Union national du travail au Maroc (UNMT) et la Fédération de la Gauche Démocratique (FGD).

Des réunions similaires ont eu lieu jeudi dernier avec les représentants de la Fédération des chambres d’artisanat (FCA), le Parti de la Gauche Verte (PGV), le Parti de l’Unité et de la Démocratie (PUD), l’Organisation démocratique du travail (ODT) et sept partis politiques sans représentation parlementaire.

Mercredi et mardi derniers, la Commission avait eu des réunions aussi avec les représentants du Rassemblement national des indépendants (RNI), la Fédération démocratique du travail (FDT), l’Association des régions du Maroc (ARM), le Parti authenticité et modernité (PAM), le Parti du progrès et du socialisme (PPS), l’Union Constitutionnelle (UC), le Mouvement Populaire (MP) et l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC).

La semaine dernière, des réunions ont eu lieu avec les représentants de l’Union Générale des Travailleurs du Maroc (UGTM), la Confédération démocratique du travail (CDT), le Mouvement démocratique et social (MDS), l’Union marocaine du travail (UMT), le Parti Justice et Développement (PJD), l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et le Parti de l’Istiqlal (PI).

Articles similaires

Suggestions d’articles

À Rabat, la hausse des contaminations au Covid-19 inquiète

Depuis quelques jours, la région de Rabat-Salé-Kénitra connaît une hausse significative du nombre de cas positifs au Covid-19.