Rabat: départ de deux autres membres du PJD

Deux nouveaux membres du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ont quitté le navire du parti islamiste qui dirige le gouvernement, rejoignant ainsi d’autres déçus du « manque de transparence dans la gestion du parti et de cohérence dans sa politique ».

Il s’agit d’Ahmed Errimi et de Nadia Louali, qui siègent tous les deux à l’arrondissement de Hassan de Rabat, lui-même présidé par une autre membre du Parti de la Lampe/ .

Le conseiller communal Ahmed Errimi a expliqué son départ par «l’échec du secrétariat provincial du parti à Rabat de gérer les dossiers dont il a la charge et son incapacité à mettre en œuvre les fondements de justice et d’égalité prescrits par l’islam qui est la référence religieuse essentielle du parti».

Dans sa correspondance, à laquelle Le Site info a eu accès, l’édile PJDiste dénonce «la marginalisation de certains membres du parti et leur exclusion des activités d’encadrement et de formation, outre le déni de leur droit aux postes de responsabilité qui leur est garanti par les règlements du parti».

Selon ce document, il n’existe pas d’efforts francs et sincères afin de mener une vraie réforme, fondée sur l’application de la loi et des procédures en vigueur.

L’élu poursuit que les dirigeants du parti ont entretenu, béni et soutenu, tout au long de la législation 2015-2021,la corruption et la tyrannie au sein du Conseil de l’arrondissement de Hassan, par leur silence sur les dysfonctionnements signalés dans les mémorandums qui leur ont été adressés.

Errimi, qui en a gros sur le cœur, déplore également le recours aux fausses accusations contre les membres actifs et compétents pour les marginaliser et les discréditer.

Nadia Louali, elle, qui dit avoir démissionné «avec regret» du parti dans lequel elle a milité depuis 1997 avant de rejoindre ses rangs en 2003 et qu’elle a défendu avec fidélité et loyauté, a motivé son départ par «l’échec cuisant de résoudre le problème de la gestion individuelle, fondée sur l’ego et les caprices, en cours dans le Conseil de l’arrondissement de Hassan.

Elle déplore ainsi que rien n’a changé malgré plusieurs correspondances et plaintes soumises aux différentes instances du parti et malgré une réunion des dirigeants qui n’est parvenue à aucun résultat satisfaisant.

S.Z.

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page