PPS: après le retrait, Anass Doukkali démissionne du BP

Il était, avec d’autres camarades, contre la décision du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) de quitter l’Exécutif. Décision entérinée par le Comité central vendredi dernier, dans une ambiance des plus électriques.

C’est Anass Doukkali, ministre de la Santé au sein du gouvernement El Othmani et il vient de démissionner du Bureau politique du parti du Livre.

Et c’est ce lundi, en fin d’après-midi, lors d’une mini-conférence de presse que le ministre a annoncé sa décision de ne plus rester membre du Bureau politique du PPS. Ledit BP, selon Doukkali « m’avait fait un procès après le dernier Congrès de la Jeunesse socialiste sans me laisser l’opportunité de défendre ma position ».

Dorénavant, a-t-il ajouté, il oeuvrera pour le parti aux côtés des « forces vives » du PPS et au sein du Comité central. Ce dernier est la plus grande autorité entre deux Congrès, estime-t-il. « Je préfère donc une direction élargie à un bureau exécutif résumant l’action du parti en réunions hebdomadaires et en communiqués politiques », a également argué le désormais ex-membre du BP du PPS.

Anass Doukkali est même allé trop loin dans ses accusations. Appelant à la tenue d’un Congrès extraordinaire afin de débattre d’urgence de l’avenir du parti après la décision de quitter le gouvernement. Il appelle aussi à ce que « la direction rende des comptes », la pointant d’être là cause et à l’origine « des problèmes où patauge le PPS ».

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc: une alliance PAM-Istiqlal-PPS pour 2021?

À un an des élections, trois partis de l’opposition planchent sur les réformes politiques et électorales. Le PAM, le PI et le PPS ont unifié leurs rangs pour parler de la même voix avec le gouvernement et les autres partis politiques. S’agit-il d’une alliance préélectorale ?