Pourquoi le gouvernement risque d’imploser, selon Akhannouch

Le projet de loi-cadre sur l’enseignement n’a pas fini de faire parler de lui. Intervenant vendredi lors d’une rencontre partisane dans les environs d’Essaouira, le président du Rassemblement National des Indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, est revenu sur ce texte dont l’adoption va de report en report.

Le ministre de l’Agriculture n’y est pas allé par quatre chemins. Il a en effet fait savoir que le désaccord persistant autour de cette loi-cadre, pourrait mener à un conflit au sein de la majorité gouvernementale. Une discorde dont les conséquences pourraient être particulièrement lourdes, a averti le responsable RNIste.

Selon les dires d’Akhannouch, si le conflit survient, il pourrait conduire jusqu’au retrait de la confiance accordée au gouvernement, faisant ainsi référence à l’article 103 de la Constitution.

Par ailleurs, le président du RNI a tenu à rappeler que les langues arabe et amazighe font et feront toujours partie du processus de réforme du système éducatif marocain, soulignant l’importance de l’enseignement des langues étrangères afin de mieux former l’élève marocain.

« Vos enfants doivent apprendre les langues pour pouvoir améliorer leur niveau, avoir une meilleure formation et s’ouvrir sur de nouveaux horizons », a affirmé Akhannouch en s’adressant aux habitants de la commune rurale d’Imi n Tlit (province d’Essaouira).

Rappelons que le débat sur la loi-cadre de l’enseignement est revenu sur le devant de la scène, après que le PJD a bloqué son vote pour la troisième fois en moins d’une semaine. Les députés du parti de la lampe refusent le contenu de l’article 31 dudit projet qui prévoit d’enseigner les matières scientifiques et techniques en français.

S.L. et K.C.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page