Polémique autour de la visite de Benkirane au Qatar

Alors que l’opinion publique et la classe politique attendent le dénouement du blocage pour la formation du gouvernement, le chef de gouvernement a préféré tout lâcher et s’envoler vers le Qatar, pour assister à l’ouverture au salon international des technologies numériques, qui se tient à Doha du 6 au 8 mars.

Ce regain d’intérêt aux nouvelles technologies par Benkirane, a laissé perplexes plus d’un observateur. Et les interprétations de fuser de partout sur ce sujet, devenu une affaire d’Etat.

D’aucuns ont estimé que Benkirane ne devait pas se déplacer en cette période de suspense gouvernemental, d’autant plus que le Roi devrait revenir de sa tournée africaine et le recevoir, à sa demande, pour explorer le terrain des consultations. Et si le chef de gouvernement désigné était vraiment et réellement intéressé par ces technologies de pointe, il aurait pu se faire accompagner par le ministre délégué aux technologies numériques.

Mais, ceux qui défendent le droit de Benkirane de se déplacer, insistent sur le fait qu’il a été invité personnellement par le président du conseil qatari, Cheikh Abdallah Bennaser Ben Khalifa Al Thani. Et de ce fait, il n’était pas possible, du point de vue protocolaire de désigner quelqu’un d’autre à sa place ou de se désister.

En tout cas, certains analystes pensent que le voyage de Benkirane, au-delà de son aspect officiel, cache des rendez-vous officieux avec des responsables de la Ligue des Oulémas musulmans, que co-président Youssef Al Qaradaoui et le membre dirigeant du mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR), Mohammed Raissouni. Et là, c’est une autre histoire.

T.J.

 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page