PJD: veut-on « bouter » El Othmani et faire revenir Benkirane?

L’ex-chef de gouvernement et ancien patron du parti islamiste est catégorique! Il soutient mordicus qu’il n’a aucun rapport, ni de près, ni de loin, avec « L’initiative d’analyse critique et d’évaluation » dont les signatures demandent la démission de l’actuel SG du PJD, Saâeddine El Othmani, lors d’un congrès exceptionnel, et l’élection d’un nouveau secrétariat général.

En effet, une source concordante affirme que Abdelilah Benkirane n’a rien à voir avec cette circulaire et qu’il n’est pas au courant des détails de son contenu. Et ce, contrairement aux rumeurs colportées par d’aucuns, « dont certains membres et des sympathisants du parti ».

De leur côté, les auteurs de cette initiative soulignent que celle-ci « n’est liée à aucun courant, ni à aucun ténor du parti ». Elle a été inspirée par « les bases du parti et n’est pas dépendante de la Commission nationale de coordination ».

Et les signataires renchérissent en disant espérer l’adhésion sérieuse des bases à cette initiative auxquelles on demande de parapher le questionnaire à ce sujet. Et d’ajouter que « la demande de la tenue d’un congrès exceptionnel n’est pas quelque chose de nouveau ou d’étrange en soi, sachant que plusieurs dirigeants du parti ont abondé dans le même sens ».

A signaler que les responsables au siège central du PJD, sis quartier des Orangers, à Rabat, ont refusé de recevoir une copie de la circulaire, accompagnée de la liste préliminaire des signataires et obtenir un accusé de réception.

De ce fait, les membres de la Commission nationale de coordination et d’initiative ont déposé une copie électronique, à l’attention de Driss El Alami El Idrissi, président du Conseil national du Parti de la Justice et du Développement (PJD).

Larbi Alaoui (avec Naima Lambarki)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Rabat: El Othmani donne plus de détails sur le plan de substitution

Le chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani a fait état, ce lundi, d'un plan de substitution de 34 milliards de dirhams (MMDH) d'importations par la production locale, dans l'objectif de renforcer le tissu économique national.