PJD: le silence de Maelainine n’aura pas duré longtemps

Amina Maelainine vient d’assurer qu’aucune alternative, ni rétrogression ne sauraient altérer la légitimité démocratique. « Nous devrions cesser d’en avoir peur », a-t-elle conseillé.

Quant à la légitimation de l’action concrète que défendent certains, elle ne pourrait être évaluée que par le citoyen. Donc, il est impossible de séparer les deux résolutions, a affirmé la députée du parti islamiste. Cette profession de foi a eu lieu lors de la conférence organisée par l’Observatoire marocain de la participation politique, sous le thème : »Les directions politiques entre la légitimité démocratique et le renouveau des élites ». Tout un programme!

La « pasionara » PJDiste dénonce la problématique de la participation des jeunes à des postes de responsabilités. Celle-ci incombe à « notre système éducatif qui nous enseigne des valeurs occultant les principes d’autocritique. Par conséquent, les jeunes devraient se rebeller contre ce parcours traditionnel », préconise-t-elle.

Selon elle, l’autorité s’étend dans des « espaces vides » que la jeunesse se doit de combler, « la légitimité historique étant liée à l’omniprésence (…). Pour preuve, le principe du quota permet aux femmes et aux jeunes d’être influents, « chose qu’ils ne font pas », a regretté Malainine. Et nombreux parmi eux s’investissent plutôt dans des réseaux d’intérêts personnels et oublient de contribuer au changement des mentalités souhaité.

Et c’est dans ce cadre que la PJDiste plaide pour une réévaluation réelle du quota attribué, alors que depuis plusieurs mandats, ce dernier est devenu un outil pour faire souscrire les jeunes élites à la chose politique. Ainsi, cela ne permet pas à tous de passer de « la liste du quota » à « la liste nationale ».

« La chose politique était synonyme de militantisme, elle est devenue un cheminement et un métier, hélas! », a également déploré la députée lors son intervention à l’Observatoire marocain de la participation politique. Rencontre à laquelle étaient aussi présents des ténors de partis politiques du PAM et du RNI, ainsi qu’une représentante de la Ligue marocaine pour la citoyenneté.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

PJD: Benkirane marque son retour en taclant ses « frères »

Après une longue éclipse, Abdelilah Benkirane se fait rappeler aux souvenirs de ses "frères" du parti islamiste.